A A

Vérité et réconciliation

Pendant plus d’un siècle, le système des pensionnats indiens au Canada a violé les droits d’enfants métis, inuits et des Premières Nations. La Commission de vérité et réconciliation (CVR) a été établie en 2008 dans le but de contribuer à la vérité, à la guérison et à la réconciliation. La CVR a organisé des rassemblements publics, recueilli les témoignages de survivants et de survivantes, et rassemblé des documents dans le but de constituer un dossier historique. En juin 2015, la CVR en est arrivé à la conclusion que le système des pensionnats était une forme de génocide culturel et formule 94 appels à l’action pour réparer les séquelles laissées par les pensionnats.

 

Un geste de réconciliation

Dans la galerie Inspirer le changement (au niveau 7) se trouve une exposition au sujet de la CVR, qui présente une guitare superbement peinte à la main et prêtée par le Centre national pour la vérité et la réconciliation. La guitare a été offerte à la CVR au nom de l’organisation Jesuits in English Canada comme geste de réconciliation.

Une guitare peinte de motifs floraux est placée sur un support dans une vitrine.
La guitare peinte à la main est la pièce centrale de l’exposition. (Guitare acoustique fabriquée par C.F. Martin et Co. et peinte à la main par Christi Belcourt, 2014, Centre national pour la vérité et la réconciliation)

 

Peinte par l’artiste métisse Christi Belcourt, la guitare symbolise le fait que la musique était un moyen d’évasion pour les élèves dans les pensionnats. Elle représente aussi la façon dont les survivants et les survivantes se servent de musique pour faire connaître leurs expériences et pour cheminer vers la guérison.

 

Découvrez la boîte en bois cintré

Au cours de la dernière année, la superbe boîte en bois cintré de la CVR a occupé la place centrale. Sculptée à partir d’un seul morceau de cèdre rouge par l’artiste salish du littoral Luke Marston, la boîte a accompagné la CVR pendant ses rassemblements un peu partout au Canada. Elle recevait les diverses offrandes des participants et des participantes, y compris les cendres de mouchoirs ayant recueilli les larmes de survivants et de survivantes des pensionnats.

Le 25 janvier 2017, la boîte en bois cintré a été retournée au Centre national pour la vérité et la réconciliation. Vous pouvez découvrir ce que signifient les éléments sculptés de la boîte par l’entremise de notre application mobile.

Pour en savoir plus sur l’appli mobile.

Luke Marston (à gauche) et une autre personne soulèvent la boîte en bois cintré; une peau de bison est étendue sur le plancher sous la boîte.
La boîte en bois cintré entreprenant le voyage de retour vers le Centre national pour la vérité et la réconciliation. (Jessica Sigurdson/MCDP)

 

Une boîte de bois sculpté avec l'image d'un visage en souffrance.
La boîte en bois cintré.

 

En complément de cette exposition, on trouve au Musée quatre autres expositions qui explorent l’histoire tragique et l’héritage des pensionnats, qui est parmi les préoccupations les plus pressantes concernant les droits de la personne au Canada. À titre de musée national et de centre pour l’éducation aux droits de la personne, le Musée a un important rôle à jouer dans les efforts visant la réconciliation entre les personnes autochtones et non autochtones au Canada.

Le Musée travaille à maintenir le dialogue, à examiner les iniquités et à contribuer à l’éducation, instrument puissant de réconciliation.