A A

Un musée vert

Plus de 2 800 m² de la superficie des toits ont été ensemencés avec des graminées ou des plantes des prairies indigènes du Manitoba. (Photo : Aaron Cohen/MCDP)

 

Conçu pour être durable

Les droits de la personne et la responsabilité environnementale sont interconnectés. En protégeant l’air de la planète, ses territoires, son eau et tout ce qui y vit, nous protégeons aussi les droits de la personne, dont ceux de vivre en santé et en sécurité, d’avoir des moyens d’existence durables et de préserver sa culture.

 

S’engager à atteindre des objectifs durables

Les responsables du Musée sont résolus à respecter et à protéger l’environnement. L’édifice a été conçu avec la durabilité comme l’un de ses objectifs, ce qui signifie réduire au minimum l’impact du Musée sur l’environnement naturel et sur la santé des gens, aussi bien durant la phase de construction qu’au cours des années d’exploitation ultérieures. Le Musée s’engage aussi à favoriser l’éducation et le dialogue sur la question de la gérance environnementale.

 

S’efforcer d’obtenir la désignation argent

Les architectes et les ingénieurs ont conçu le Musée de manière à satisfaire à la norme élevée requise pour l’obtention de l’agrément professionnel LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). LEED est un programme international d’agrément des bâtiments durables. Il sert à mesurer la qualité et le rendement écologiques des matériaux d’un édifice. Il permet aussi d’évaluer la phase de construction, la durabilité de l’emplacement et le fonctionnement de l’édifice – par exemple, la qualité de l’air et l’efficacité énergétique. Les responsables du Musée aspirent à obtenir la désignation argent du LEED du Conseil du bâtiment durable du Canada.

LEED évalue le rendement des édifices en fonction de cinq principaux aspects liés à la santé humaine et environnementale :

  • aménagement écologique de l’emplacement
  • efficacité de la consommation d’eau
  • efficacité énergétique
  • choix des matériaux
  • qualité de l’environnement intérieur

 

Caractéristiques d’un édifice durable

Aménagement écologique de l’emplacement

  • Plus de 50 % des déchets de construction ont été recyclés ou récupérés.
  • Le Musée compte trois toits verts. Plus de 2 800 m2 de la superficie des toits ont été ensemencés avec des graminées ou des plantes des prairies indigènes du Manitoba, comme l’herbe aux bisons et la dalée violette. Ces plantes vivaces n’ont besoin ni d’être arrosées ni d’engrais. Les toits verts offrent de nombreux avantages, comme améliorer la qualité de l’air extérieur, offrir un habitat aux oiseaux et isoler l’édifice de la chaleur et du froid.
  • L’aménagement paysager des terrains du Musée crée un écosystème des prairies résistant aux sécheresses et en fait la plus grande étendue de végétation indigène en milieu urbain de l’Ouest canadien.
  • Le Musée est doté d’un vaste programme interne de recyclage du verre, des boîtes de conserve, du carton et des déchets de métaux. Il possède aussi un programme de compostage (recyclage des déchets organiques) pour sa cuisine commerciale et pour les banquets, ainsi que pour les zones administratives.
  • Afin d’encourager les membres du personnel à adopter des moyens de transport écologiques, le Musée est équipé d’endroits pour verrouiller les vélos, de douches et de vestiaires à l’intention des personnes qui viennent au travail à vélo. Le Musée participe aussi à un programme de Winnipeg Transit qui permet aux membres du personnel utilisant le transport en commun de se procurer une carte d’abonnement d’autobus subventionnée.

 

Efficacité de la consommation d’eau

  • Le Musée recueille les eaux de pluie. Les eaux de ruissellement du toit sont stockées dans une citerne souterraine et sont utilisées pour la climatisation de l’air et la chasse d’eau des toilettes. L’objectif en ce qui concerne les toilettes est de réduire de 50 % la quantité d’eau utilisée par rapport aux dispositifs habituels.
  • Des appareils sanitaires à débit très faible et les urinoirs sans eau des toilettes réduisent au minimum la consommation d’eau. L’objectif est de la réduire de près de 30 % par rapport aux appareils ordinaires.
  • Les toits verts et les terrains du Musée ne nécessitent aucune irrigation.
  • Un dispositif novateur empêche l’écoulement direct des eaux de ruissellement dans la rivière Rouge. Elles sont plutôt stockées dans une citerne pour être utilisées dans l’édifice, ou sont acheminées vers un étang de trop‑plein aménagé sur les terrains de l’édifice, où elles s’évaporent ou sont absorbées comme eaux souterraines.

 

Efficacité énergétique

  • L’édifice est chauffé par des chaudières à condensation à haute efficacité pouvant récupérer les gaz de combustion qui sont habituellement perdus.
  • Le système de climatisation utilise des refroidisseurs d’eau dont l’efficacité peut être supérieure de 15 % à celle des refroidisseurs ordinaires. Ces appareils peuvent être très efficaces dans des conditions de charge partielle, susceptibles de survenir lorsque le nombre de visiteurs et de visiteuses varie au cours de la journée.
  • La principale centrale de traitement de l’air utilise un système de récupération de chaleur (enthalpie). Il extrait l’énergie de l’air d’évacuation de l’édifice, l’utilisant pour préchauffer l’air frais qui entre en hiver ou prérefroidir l’air chaud en été. L’objectif à atteindre en hiver en ce qui concerne le système de récupération de chaleur est de fournir environ 2,5 millions de BTU à l’heure.
  • La plupart des gros moteurs électriques des systèmes de chauffage et de refroidissement du Musée sont dotés de variateurs de fréquence. Ils permettent la mise sous tension graduelle et la modulation de ces systèmes selon les besoins de l’édifice, réduisant de ce fait la consommation d’énergie par rapport aux moteurs classiques.
  • Dans les aires de bureau, la température ambiante est réglée par un dispositif central, ce qui contribue à maximiser l’efficacité énergétique.
  • Les fenêtres du nuage, l’immense structure de verre de l’édifice, renferment une couche d’argon servant d’isolant. Leur motif fritté ou pointillé réduit l’intensité du rayonnement solaire et l’effet d’éblouissement à l’intérieur de l’édifice.
  • La lumière naturelle provenant du nuage diminue le besoin de lumière artificielle. L’ensemble de l’édifice est équipé d’un système d’éclairage à DEL et d’éclairage à haute efficacité.
  • Des capteurs éteignent les lumières des espaces inoccupés.

 

Choix des matériaux

  • Plus de 15 % des matériaux de l’édifice (par coût) renferment des matières recyclées. Les matériaux au contenu recyclé sont notamment le béton, les barres d’armature, l’acier de construction, les cloisons sèches et le mobilier.
  • De nombreux matériaux comme le béton et la pierre de Tyndall proviennent de régions avoisinantes, ce qui a permis de réduire l’impact environnemental de leur transport.
  • Afin de réduire au minimum l’impact de l’édifice sur la couche d’ozone, ni les CFC ni les HCFC (substances appauvrissant la couche d’ozone) n’ont été utilisés dans le système de refroidissement. L’équipement de lutte contre l’incendie ne renferme aucun halon appauvrissant la couche d’ozone.

 

Qualité de l’environnement intérieur

  • Tous les adhésifs, mastics, peintures, revêtements et moquettes choisis sont à faible émission de composés organiques volatils (COV), ce qui signifie que leurs émissions sont minimales. L’édifice a été ventilé avant l’ouverture pour réduire encore plus les effluents gazeux.
  • Le mobilier du Musée est certifié GREENGUARD, ce qui signifie qu’il répond à certaines des normes les plus rigoureuses au monde en ce qui a trait à la faible émission de COV.
  • Un système de surveillance de la qualité de l’air utilise des capteurs pour mesurer la quantité de dioxyde de carbone présent dans l’édifice. Le système détecte à quel moment les évents doivent laisser entrer plus d’air frais de l’extérieur. Cela permet de répondre aux besoins en air frais du personnel et des visiteurs et visiteuses et réduit au minimum la possibilité de gaspiller de l’énergie pour réchauffer ou refroidir plus d’air frais que nécessaire.
  • Le Musée est doté d’un programme d’entretien ménager respectueux de l’environnement n’utilisant que des produits nettoyants certifiés Green Seal. Aucun produit corrosif ou nocif pour l’environnement n’est utilisé. Le personnel concerné est formé aux pratiques d’entretien ménager respectueux de l’environnement.