A A

Un musée vert

Plus de 2 800 m² de la superficie des toits ont été ensemencés avec des graminées ou des plantes des prairies indigènes du Manitoba. (Photo : Aaron Cohen/MCDP)

 

Conçu pour être durable

Les droits de la personne et la responsabilité environnementale sont interconnectés. En protégeant l’air de la planète, ses territoires, son eau et tout ce qui y vit, nous protégeons aussi les droits de la personne, dont ceux de vivre en santé et en sécurité, d’avoir des moyens d’existence durables et de préserver sa culture.

L’édifice du Musée a été conçu dans un objectif de durabilité. Ceci signifie qu’on tente de réduire au minimum son impact sur la nature et sur la santé des gens. Le Musée s’engage aussi à encourager la sensibilisation et le dialogue au sujet de la gérance environnementale.

Toits verts, collecte des eaux de pluie, éclairage naturel et système de chauffage à haut rendement figurent parmi les nombreuses caractéristiques écologique de l’édifice. De plus, le terrain où se trouve le Musée constitue la plus grande étendue de prairie indigène revégétalisée dans un centre-ville au Canada, créant un écosystème qui résiste à la sécheresse et permet de réduire les coûts d’entretien et d’irrigation.

 

Un édifice certifié LEED® Argent

Les architectes et les ingénieurs ont conçu le Musée de manière à satisfaire à la norme élevée requise pour l’obtention de la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). LEED est un programme international de certification des bâtiments durables. Il mesure la qualité et le rendement écologiques des matériaux d’un édifice. Il évalue aussi la phase de construction, la durabilité de l’emplacement et le fonctionnement de l’édifice, par exemple, la qualité de l’air et l’efficacité énergétique.

En 2017, le Musée a officiellement reçu la certification LEED Argent du Conseil du bâtiment durable du Canada. LEED évalue le rendement des édifices en fonction de cinq principaux aspects liés à la santé humaine et environnementale, soit l’aménagement écologique de l’emplacement, l’efficacité de la consommation d’eau, l’efficacité énergétique, le choix des matériaux, et la qualité de l’environnement intérieur.

 

Caractéristiques écologiques du Musée

  • On a planté sur trois toits verts (2 800 m2) et sur le terrain du Musée (1,6 ha) 15 espèces d’herbes et de plantes des prairies comme le boutelou grêle, la koelérie à crêtes, l’herbe aux bisons, le grand boutelou, le schizachyrium à balais, le trèfle rouge et le trèfle blanc. Ce sont des plantes qui n’ont pas besoin d’arrosage. Les toits verts permettent, notamment, d’améliorer la qualité de l’air, de procurer un habitat aux oiseaux et d’isoler l’édifice.
     
  • Au Musée, on récolte l’eau de pluie. Les eaux de ruissellement provenant du toit sont conservées dans une citerne souterraine et sont utilisées dans le système de climatisation et les toilettes. Les eaux pluviales ne sont pas rejetées directement dans la rivière Rouge, mais s’accumulent dans une citerne ou dans des bassins de rétention.
     
  • On a installé dans les salles de toilettes des appareils sanitaires à débit ultra-faible et des urinoirs sans eau conçus pour réduire la consommation d’eau de 30 %.
     
  • La lumière naturelle qui pénètre par le « Nuage » de verre du Musée réduit le besoin d’éclairage artificiel. Les fenêtres du Nuage renferment une couche d’argon (qui sert d’isolant), et comportent un motif fritté, ou pointillé, qui réduit le gain en énergie solaire et l’effet d’éblouissement à l’intérieur de l’édifice.
     
  • Des chaudières à condensation à haute efficacité chauffent l’édifice et récupèrent l’énergie des gaz de combustion qui serait normalement gaspillée. Le principal appareil de traitement d’air utilise une roue de récupération de chaleur (roue enthalpique, ou thermique). L’hiver, ce système capte la chaleur de l’air évacué à l’extérieur pour préchauffer l’air frais qui entre dans l’édifice, et fait l’inverse pendant l’été.
     
  • Le système de climatisation utilise des refroidisseurs qui sont jusqu’à 15 % plus efficaces que les modèles standard. Le système de refroidissement ne comporte pas de substances appauvrissant la couche d’ozone (CFC ou HCFC). L’équipement de lutte contre l’incendie n’utilise pas d’halons appauvrissant la couche d’ozone.
     
  • Plus de 15 % des matériaux de construction (par coût) contiennent des matières recyclées. Il s’agit du béton, des barres d’armature, de l’acier de construction, des cloisons sèches et du mobilier.
     
  • Plus de la moitié des déchets de construction ont été recyclés ou récupérés.
     
  • Nous avons choisi des tapis, adhésifs, scellants, peintures et revêtements à faible émission de composés organiques volatils (COV). Le mobilier du Musée est certifié GREENGUARD, puisqu’il répond à certaines des normes les plus rigoureuses du monde en matière d’émissions de COV.
     
  • Les instruments de mesure de la qualité de l’air détectent le niveau de dioxyde de carbone présent dans l’édifice pour dicter le moment où les évents d’aération doivent ajouter de l’air frais provenant de l’extérieur, réduisant ainsi la perte d’énergie causée par une surventilation.
     
  • Le Musée a mis en place un programme de nettoyage écologique, dans le cadre duquel on emploie des produits de nettoyage qui portent le sceau Green Seal. On n’utilise aucun produit corrosif ou dommageable pour l’environnement. Le personnel d’entretien ménager a reçu la formation sur le nettoyage écologique.
     
  • Des capteurs ferment les lumières quand les espaces sont inoccupés.
     
  • Le Musée a mis en place un vaste programme pour recycler le verre, les boîtes de conserve et les cannettes, le papier, le carton et les déchets de métal, et composter les déchets alimentaires. ERA Bistro a son propre programme de compostage (recyclage des déchets organiques) pour sa cuisine commerciale et ses activités de traiteur.
     
  • Pour inciter les membres du personnel et les bénévoles à employer des moyens de transport écologiques, le Musée met à la disposition des personnes qui se rendent au Musée à bicyclette un endroit où elles peuvent cadenasser leur vélo, de même que des douches et des vestiaires. De plus, le Musée participe à un programme de Winnipeg Transit grâce auquel les membres du personnel ont une réduction sur le coût de la carte d’abonnement d’autobus.

 

Le Musée est l’œuvre de l’architecte Antoine Predock. L’entreprise PCL a assuré la direction des travaux, et Architecture 49 a réalisé les plans. Scatliff + Miller + Murray s’est chargée de l’architecture paysagère. Les services d’ingénierie ont été assurés par Halcrow Yolles/CH2M Hill (structure), The Mitchell Partnership (mécanique) et Mulvey & Banani (électricité).