Passer au contenu

En savoir plus

Mandela : Lutte pour la liberté jusqu'au 25 août 2019!

En savoir plus

Allocution prononcée par Président-directeur général Stuart Murray au cours d’une conférence de presse à l’École St. Avila, à Winnipeg– Le 8 mai 2013

Étiquettes

Détails du communiqué

Bonjour et merci d'être parmi nous. J'aimerais remercier le directeur Gord Campbell de nous accueillir ici dans son école, où les droits de la personne jouent un rôle primordial. C'est merveilleux de se retrouver ici en compagnie de ces enfants qui consacrent du temps à se renseigner sur les droits de la personne et la Déclaration des Nations unies pour les droits de l'enfant et ce, d'une multitude de façons très créatives.

Merci d'être présent ce matin. Je suis content de pouvoir vous partager des nouvelles sur les droits de la personne.

Je suis ravi de me retrouver ici ce matin en compagnie de nos partenaires de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants afin de publier les résultats de notre sondage national de première importance, mené auprès des enseignantes et des enseignants sur la formation en droits de la personne. 

L'éducation est au cœur de tout ce que fait le Musée canadien pour les droits de la personne. C'est l'outil le plus puissant dont nous disposons dans la lutte mondiale en faveur des droits de la personne.

Les enfants canadiens doivent grandir en comprenant bien l'importance des droits de la personne. Les jeunes ont un sens inné de la justice et de la compassion envers les autres. L'éducation est la clé qui change cette empathie naturelle en soutien des droits de la personne toute la vie durant.

Nous faisons plus qu'ériger un musée ici à Winnipeg. Nous contribuons à créer des citoyens et citoyennes du monde qui se préoccupent de l'humanité. Nous créons ce musée à l'intention de nos enfants et de nos petits-enfants, afin qu'ils comprennent la valeur des droits de la personne. Leur passion à rendre le monde meilleur constitue notre espoir envers l'avenir.

Les enseignantes et les enseignants canadiens sont bien au courant de ce fait. C'est pour cette raison qu'ils sont si soucieux des droits de la personne. Vous constaterez les preuves de cette passion dans les résultats du sondage que nous sommes sur le point de dévoiler ce matin.
Les droits de la personne ne se limitent pas aux cours d'histoire, d'anglais, de français et d'études sociales. Ils font aussi partie de nos vies. Ils contribuent à façonner le genre de personne que nous devenons. Ils font partie des activités de la classe et du terrain de jeu, des lieux où les enfants sont régulièrement confrontés à des enjeux comme l'intimidation, le racisme, la discrimination fondée sur le sexe, l'invalidité et l'orientation sexuelle.
Les enseignantes et les enseignants canadiens se trouvent aux premières lignes de la lutte pour les droits de la personne. Et nous souhaitons leur venir en aide. Nous prévoyons le faire de plusieurs façons. La première étape a consisté à nous associer à la FCE afin de créer une trousse nationale sans précédent composée de ressources éprouvées sur les droits de la personne, utilisées d'un bout à l'autre du pays. Nous espérons qu'elle deviendra une source d'information et d'idées de confiance pour les enseignantes et les enseignants de tous les niveaux. Les résultats du sondage dévoilés aujourd'hui tracent un portrait saisissant de la nécessité criante d'un tel outil.
Le Musée et la FCE s'associent à l'Assemblée des Premières nations, au Tapiriit Kanatami Inuit et au Centre Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de la personne afin de présenter une ressource du préscolaire à la 12e année intitulée " Les défenseurs canadiens des droits de la personne ", adaptée du document de renommée internationale " Speak Truth to Power ".
Nous croyons que ces initiatives annoncent une nouvelle ère dans la façon dont les élèves canadiens apprendront au sujet des droits de la personne.
Une fois nos portes ouvertes en 2014, en tant que plaque tournante de l'apprentissage en matière des droits de la personne, nous nous attendons à accueillir des milliers de visites scolaires. Nous serons prêts à leur offrir une expérience riche, en anglais comme en français.
Quand nos portes ouvriront en 2014, le Musée sera un véritable centre national d'apprentissage au sujet des droits de la personne. Les élèves qui visiteront le Musée auront une expérience entièrement bilingue.
Au sein de notre Musée, les élèves avec déficit découvriront un environnement accessible et inclusif favorisant la découverte et l'apprentissage. Les élèves de tous les niveaux auront droit à des programmes adaptés à leur âge. Nous offrirons aussi un programme national destiné aux étudiants qui rassemblera chaque année des milliers de participants à Winnipeg, en provenance de partout au Canada et dans le monde.
Mais ce ne sont pas tous les élèves du Canada qui seront en mesure de venir visiter notre musée national sur place. Nos efforts en compagnie des enseignantes et enseignants constituent une des façons par lesquelles nous pouvons transporter le Musée jusqu'à eux. Notre objectif consiste à faciliter le dialogue, la discussion et l'apprentissage en matière de droits de la personne de toutes les façons possibles.
Les enseignantes et enseignants partagent ces objectifs. Ils sont nos partenaires naturels. Nous avons hâte de poursuivre ce partenariat naturel. Ensemble nous nous efforcerons d'encourager le respect et la dignité, la liberté et les droits de chaque être humain habitant cette planète. Cet effort commence, comme la plupart des choses, par nos enfants.
Merci, et je demande maintenant à Paul Taillefer, président de la Fédération canadienne des enseignantes et enseignants, de partager avec nous les résultats de notre sondage.