Passer au contenu

En savoir plus

Visitez le Musée pour 5 $ seulement le mercredi 16 octobre de 17 h à 21 h.

En savoir plus

Allocution prononcée par Président-directeur général Stuart Murray à l’évènement 2017 débute maintenant à Winnipeg– Le 3 mai 2013

Étiquettes

Détails du communiqué

Bonjour et merci de cette aimable introduction. Quel bonheur de trouver rassemblés à la fois les chefs de file et les citoyens engagés de Winnipeg. C'est un honneur pour moi de me retrouver ici aujourd'hui pour partager des idées et des réflexions pour la célébration du 150e anniversaire de notre grande nation. 

Je vous remercie pour cette invitation et je suis content de partager avec vous mes réflexions pour cet anniversaire.

Les anniversaires sont pour un pays l'occasion de faire le bilan de son évolution et de prendre un temps d'arrêt pour définir ses objectifs pour l'avenir. Les anniversaires peuvent aussi donner lieu à des célébrations qui mobilisent l'imagination de la nation et laissent une trace indélébile dans le cœur et l'esprit de tous ses citoyens et citoyennes. Qu'il s'agisse de la course historique de Terry Fox, des jeux olympiques accueillis par le Canada ou de l'Expo 67, ce que nous en retenons n'est pas toujours la date, le thème ou les cérémonies, mais bien ce que nous avons ressenti. 

Je me souviens de 1967, alors que le Canada fêtait son centième anniversaire. L'un de mes souvenirs les plus persistants est l'inoubliable chanson Canada de Bobby Gimby ou sa version en français " Une chanson du centenaire ". Cette chanson incarnait la fierté et le sens de l'accomplissement ressentis à l'époque par les Canadiens et Canadiennes; elle devint l'hymne de notre 100e anniversaire. Et lorsque je l'entends de nouveau aujourd'hui, je ressens toujours la nostalgie des célébrations de 1967. Maintenant, alors que nous sommes sur le chemin du 150e anniversaire du Canada, l'occasion s'offre à nous de créer de nouveaux souvenirs que n'oublieront jamais les Canadiens et Canadiennes. 

J'ai déjà, par le passé, été impliqué dans des célébrations à grande échelle, et ces expériences me comblent d'espoir quant à ce que cette célébration prochaine pourrait être et signifier pour les Canadiens et Canadiennes. Les Canadiens et Canadiennes n'ont pas la réputation de se taper dans le dos ou d'agiter les drapeaux avec frénésie, mais je crois que cette date charnière est une merveilleuse occasion de célébrer la diversité qui fait du Canada un pays exceptionnel, fort et accompli. C'est le moment pour le Canada de célébrer son histoire et de projeter notre parcours sur la scène planétaire.

En 1999, j'ai été président du Comité organisateur des championnats de hockey junior tenus au Manitoba. Si vous avez assisté à un match de championnat mondial de hockey junior, ou si vous en avez vu un à la télévision, vous êtes familier avec la passion et l'enthousiasme qui caractérisent ces tournois. Au Manitoba, plusieurs des joutes se déroulaient hors de la capitale dans de plus petites villes ou des communautés rurales comme Portage la Prairie, Selkirk, Brandon et Morden. Chacune des parties se déroulait dans des amphithéâtres remplis jusqu'au toit de spectateurs et d'émotion. Ils pouvaient partager directement cette expérience en tant que communauté. Combien symbolique est le fait que nous ayons cette discussion aujourd'hui dans une station de chemin de fer, puisque c'est la voie ferrée qui a servi à relier ce pays d'Est en Ouest. Aujourd'hui, la technologie a cette capacité de nous rassembler au-delà des vastes espaces. L'un des éléments que nous devons considérer avec soin est la façon de mettre en lumière et de célébrer notre vaste étendue géographique, plutôt que de laisser celle-ci agir comme un rempart à la participation.

Mais je n'en ai pas encore fini avec le hockey ! Mon expérience avec le Championnat junior mondial de hockey m'a convaincu que le hockey est sans contredit LE sport du Canada. Elle m'a convaincu que les valeurs qui font du Canada une grande nation sont : le travail acharné, la persévérance, l'engagement, le travail d'équipe et l'intégrité.
Le hockey parvient à éveiller ce sentiment de patriotisme qui rassemble la nation derrière une cause. Nos célébrations du 150e anniversaire peuvent rassembler notre nation de la même façon. Ne serait-ce pas tout un événement si les Jets de Winnipeg affrontaient les Nordiques de Québec dans une Classique d'hiver ou une série de la coupe Stanley en 2017 ?

Les Jeux olympiques et paralympiques de 2010 à Vancouver démontrent aussi comment des célébrations de grande envergure peuvent distiller un plus fort sentiment de fierté à caractère national. 

Des gens sont venus du monde entier pour participer aux événements à Vancouver et Whistler où l'ambiance était absolument électrique. Les événements sportifs, de concert avec des célébrations en danse, musique et théâtre ainsi que la Maison du Manitoba où le Musée canadien pour les droits de la personne était présent au cœur de la Place du Canada ont rendu l'expérience inoubliable pour les visiteurs. Le respect à l'endroit des quatre nations qui recevaient les jeux amplifiait encore le sentiment de fusion et d'inclusion, en honorant le lieu et les peuples qui accueillaient si chaleureusement le monde. 

Ce qui en ressortait vraiment pour moi, c'était l'éveil d'une conscience nationale et d'une authentique fierté dans le cœur des Canadiens et Canadiennes. Suivre la partie de hockey pour la médaille d'or sur grand écran, Place du Canada, avec des milliers de personnes, c'était l'expérience d'une vie et je ne suis pas près de l'oublier. Je me suis retrouvé au milieu d'une foule alors que quelqu'un à côté de moi a commencé spontanément à chanter le Ô Canada, aussitôt rejoint par tout le monde, moi y compris ! Mais cette fierté sans retenue n'était pas uniquement réservée aux personnes présentes sur place, elle était évidente dans tous les coins du pays. Le flambeau de la 106e olympiade avait traversé toutes les provinces et territoires du Canada, symbolisant l'inclusivité et l'unité que nous souhaitions que représentent les Jeux olympiques de Vancouver pour tout le Canada. Des célébrations bien planifiées et bien réalisées peuvent changer la façon dont les gens se voient eux-mêmes et considèrent leur pays et la place qu'ils y occupent. 

Ce qui m'amène à ma vision, à titre de président-directeur général du Musée canadien pour les droits de la personne, pour les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération en 2017.
Comme Canadiens et Canadiennes, nous sommes fiers de notre histoire et envisageons notre avenir comme le seul nord géographique, fait de force et de liberté. Dès le début, nous nous sommes unis pour faire progresser notre objectif commun, chacun de nous étant prêt à faire sa part pour propulser le Canada vers l'avant, utilisant notre diversité pour solidifier le tissu social du Canada.
Le Canada possède une longue histoire faite d'efforts incessants pour respecter la diversité et l'État de droit. C'est un pays doté de normes élevées pour lui-même et pour les autres. Nous avons parfois failli et nous avons parfois triomphé. Notre histoire, en matière de droits de la personne, est comme le tracé de cardiogramme du caractère de notre nation. Je vois les célébrations du 150e anniversaire comme une occasion de rendre hommage à notre histoire, de cultiver respect et gratitude pour avoir hérité de droits que d'autres ont dû lutter pour protéger et faire reconnaître. Nous devons regarder là où nous avons commencé, comme nation, là où nous sommes maintenant et ce que nous voulons être demain. Notre histoire en matière de droits de la personne constitue notre patrimoine collectif, la base de notre identité comme Canadiens et Canadiennes. Nous avons plusieurs histoires à raconter, certaines bien connues, d'autres moins familières, et ces histoires peuvent être un ferment d'unité pour notre pays et ultimement, inspirer à cette génération et aux suivantes la volonté d'affirmer et de protéger ces droits et libertés. 

Tout comme la transmission du flambeau que j'évoquais tantôt, les célébrations du 150e anniversaire nous offrent l'occasion de solidifier l'étoffe du Canada et d'agir positivement pour la croissance de notre grand pays au cours des prochaines générations, et pourquoi ne pas transmettre en guise de flambeau les histoires de notre nation, histoires de persévérance, de luttes, de communautés, de réussites ? 

Notre histoire en matière de droits de la personne n'est pas sans failles; l'œuvre des pionniers n'est jamais exempte de doutes et d'erreurs. Par exemple, nous devrions reconnaitre que ces célébrations du 150e anniversaire ne sauraient être considérées de la même façon par tous. Pour bien des communautés autochtones, ce n'est pas forcément un événement méritant d'être célébré. En regardant notre passé avec honnêteté et ouverture, en mobilisant une diversité de voix et de perspectives et en célébrant ce qui a été accompli pour corriger les erreurs, nous œuvrerons à rendre notre nation plus unie, plus fière et plus juste. Cet anniversaire, nous pouvons en faire une étape-clé sur le chemin de la réconciliation.

Le Musée travaillera à créer des expositions et des programmes inspirants favorisant une juste appréciation de l'importance des droits de la personne, suscitant un dialogue éclairé et invitant les participants à découvrir la pertinence actuelle des événements d'hier, d'aujourd'hui et de demain en matière de droits de la personne, ici et dans le monde. 

Que ce soit par la création d'expositions dynamiques bilingues, en ligne, itinérantes ou sur place et d'activités au Musée canadien pour les droits de la personne, les histoires retenues pour les élaborer devraient avoir une large portée et mobiliser plusieurs groupes et communautés, y compris les communautés autochtones, les francophones, les anglophones, les allophones, les personnes atteintes de déficiences, les groupes de travailleurs et les communautés ethnoculturelles, pour n'en citer que quelques-unes. Des technologies à la fine pointe aussi bien que des œuvres d'art, du théâtre et des artéfacts permettront aux expositions itinérantes de séduire un vaste public. L'interactivité permettra aux Canadiens et Canadiennes d'en apprendre davantage à l'égard de leurs voisins et d'eux-mêmes, renforçant les liens mutuels des citoyens. 

Nous pourrions travailler avec d'autres musées locaux ou nationaux du Canada pour réaliser ces expositions, incitant les Canadiens et Canadiennes à visiter ces trésors que sont nos musées. Ces expositions pourraient aussi être utilisées longtemps après la fin des célébrations du 150e anniversaire, voyager mondialement vers d'autres musées de la conscience, démontrant ainsi les progrès accomplis au Canada en matière de droits de la personne. 

Une campagne dans les médias sociaux pourrait accompagner ces expositions, mobilisant le jeune public et l'encourageant à en apprendre davantage sur notre histoire et l'invitant à en écrire de nouveaux chapitres. Par l'entremise de YouTube, nous pouvons mettre les Canadiens et Canadiennes au défi de raconter leur propre histoire, celle de leur communauté, et de nous dire ce qu'est leur Canada. 

Nous pouvons inciter les communautés artistiques et culturelles si prolifiques au Canada à célébrer notre formidable talent et notre créativité. Je mentionnais plus tôt Bobby Gimby et sa chanson, 'Canada.' Qui sera le Bobby Gimby de 2017 ? Keith et Renée ? Arcade Fire ? K'naan ? L'occasion nous est offerte de créer un hymne à nos célébrations du 150e anniversaire, une chanson qui exprime où nous en sommes comme nation. Une chanson à l'heure du Canada.
Même si l'idée du Musée canadien pour les droits de la personne a émané de la vision d'un citoyen particulier, le regretté Israel Asper, elle a évolué pour devenir un partenariat entre le gouvernement du Canada, la province du Manitoba, la ville de Winnipeg, le Partenariat du Portage nord de la Fourche et les Amis du Musée canadien pour les droits de la personne. Des gens de tous les coins du Canada ont endossé la vision du Musée et des milliers d'individus, des organisations syndicales et des entreprises privées ont adhéré à une vision commune de ce que notre projet signifiait et pouvait accomplir pour ce pays et le monde entier. De tels partenariats entre les gouvernements de niveau fédéral, provincial et municipal et le secteur privé sont des occasions à envisager dans l'élaboration des plans de notre parcours vers le 150e anniversaire de la Confédération. Bien des entreprises canadiennes qui connaissent le succès ont des histoires à raconter dans le contexte du développement de notre pays et devraient être invitées à devenir des partenaires actifs tant pour faire connaître leur histoire que pour appuyer financièrement des activités communautaires, sportives, artistiques et culturelles.
Dans le cadre de ce parcours vers la célébration du 150e anniversaire de la Confédération en 2017, j'invite tous les Canadiens et Canadiennes à imaginer des façons de bâtir une société meilleure et plus juste. Je leur suggère aussi d'agir pour faire d'une telle société une réalité. Je crois que pour réaliser notre vision, nous devons travailler ensemble pour apprendre de notre passé, renforcer l'apprentissage et l'innovation et encourager la philanthropie et le bénévolat. Nous devons construire à partir de notre belle histoire et lutter sans cesse pour être meilleurs aujourd'hui qu'hier et meilleurs demain qu'aujourd'hui.

Je vous remercie de m'avoir offert le privilège de vous parler. Travaillons ensemble pour faire de cette grande année de l'histoire canadienne une année à ne pas oublier.

Chacun de nous peut interpréter à sa façon l'appel du devoir pour que nous puissions, ensemble, poursuivre cette audacieuse expérience que nous appelons le Canada.
Merci. Thank you. Meegwetch.