Passer au contenu

En savoir plus

Mandela : Lutte pour la liberté prolongée jusqu’à la fin de l'été 2019!

En savoir plus

Allocution de M. Patrick O’Reilly présenté à la Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface, le jeudi 2 avril 2009

Étiquettes

Détails du communiqué

Je suis très heureux d'être parmi vous aujourd'hui afin de parler du projet le plus excitant de l'heure à Winnipeg et dans tout le reste du Canada, c'est à dire le Musée canadien des droits de la personne.

Si vous passez près du chantier ces jours-ci, vous verrez que le terrain est clôturé et que le bureau de chantier, une grosse roulotte, est déjà sur les lieux. Les travaux sont déjà en cours et leur durée prévue est de 36 mois. La machinerie prépare maintenant la surface en vue de l'excavation des premiers caissons et piles, travaux qui doivent débuter au cours de la prochaine semaine. Notre date d'inauguration prévue est en 2012 et croyez-moi, nous n'aurons pas le temps de nous tourner les pouces d'ici là! Je trouve ça très stimulant!

Le Musée est au cœur des préoccupations des Manitobains depuis déjà quelques années. Ils ont nourri ce rêve et l'ont vu progresser. Le rêve a depuis dépassé les limites de la ville, et des gens de partout au pays sont venus l'appuyer financièrement, bien sûr, mais aussi en principe. Le rêve est finalement devenu réalité, pas seulement pour le Manitoba, mais pour l'ensemble du Canada. Le MCDP, à titre de musée national, a la distinction d'être le premier musée national créé en plus de 40 ans et le tout premier musée national à être situé hors de la région de la capitale nationale. C'est là une marque importante, dans ce vaste pays à la géographie aussi diversifiée que le nôtre, que de pouvoir dire que les établissements culturels et nationaux peuvent et doivent avoir pignon sur rue dans d'autres grands centres urbains canadiens.

Les musées nationaux jouent un rôle essentiel en vue de préserver et de promouvoir le patrimoine du Canada et de ses peuples tant au pays qu'à l'étranger; de contribuer à la mémoire collective et à l'identité canadienne; et de servir de source d'inspiration, de recherche, d'apprentissage et de divertissement appartenant à l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes.

Au début de ce projet, soit il y a plus de sept ans, le débat faisait rage sur l'emplacement éventuel du Musée. Pourquoi Winnipeg? Nous avons répondu : Pourquoi pas? Nous savons que Winnipeg se veut l'emplacement idéal pour un musée canadien traitant de droits de la personne. Cette ville possède une longue feuille de route en matière de droits de la personne (Nelly McClung et le droit de vote des femmes, la Grève générale de 1919 et les droits des travailleurs, Louis Riel et les droits des Métis; sans oublier la lutte pour les droits linguistiques des Francophones, et de nombreux autres exemples). Cette ville cosmopolite compte plusieurs ethnies et cultures différentes, dont une des plus grandes communautés francophones à l'ouest du Québec. Son emplacement central la rend accessible de tous les coins du pays. Winnipeg offre aussi au Musée le site historique de la Fourche, lieu de rencontre millénaire pour les peuples Autochtones, importante plaque tournante de l'économie durant la traite des fourrures et point de départ du développement du chemin de fer dans l'Ouest. Il n'existe pas de meilleur endroit où inviter le monde entier à se rassembler, n'est-ce pas?

Il est tout aussi important de mentionner que cet endroit fait de nous tous des voisins. Les Franco-Manitobains sont reconnus pour leur joie de vivre et leur capacité d'accueillir les visiteurs à bras ouverts. Saint-Boniface célébrait récemment son centenaire, mais c'est vers l'avenir que ses yeux sont tournés. Nous croyons que d'importantes possibilités de partenariat entre le Musée et les secteurs des affaires, du tourisme et de l'éducation de Saint-Boniface s'offrent à nous.

Alors que je commençais à me renseigner au sujet de la Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface (CCFSB), j'ai réalisé que le MCDP et la CCFSB avaient des mandats compatibles. Votre mission consiste à favoriser, améliorer et promouvoir l'industrie, le développement, le commerce et le bien-être civique, social et économique régional. La mission du MCDP consiste pour sa part à éduquer, promouvoir le respect des autres et encourager la réflexion et le dialogue. Nous désirons améliorer la compréhension de l'enjeu et des responsabilités en matière de droits de la personne et ultimement, inspirer les gens à agir. Nous nous voyons également jouer un rôle de catalyseur de croissance et de développement économique qui profitera à toute la région.
En août 2008, par voie d'amendement à la Loi sur les musées du Canada, le MCDP est devenu une société d'État fédérale. Les Amis du Musée canadien des droits de la personne poursuivent leurs incroyables efforts de financement et je m'en voudrais de ne pas mentionner qu'ils ont besoin d'encore plus d'argent. Je vous encourage donc à les appuyer en versant un don ou en augmentant un don que vous avez déjà versé! Mon rôle au sein du Musée est celui de directeur général. Le Musée compte présentement sur les services d'une petite équipe d'environs 15 employés extrêmement dévoués. Au cours des sept derniers mois, notre personnel, avec l'appui de notre Conseil d'administration et de nombreux partenaires, s'est concentré sur la tâche monumentale de planifier notre bâtiment et nos opérations. Au cours des trois années qui viennent, nous créerons entre 140 et 180 emplois à temps complet, offrant des défis à des diplômés et à des professionnels hautement qualifiés de la région, ici même dans notre ville. Nous avons la possibilité de recruter des gens scolarisés, compétents et passionnés pour notre ville. À titre d'établissement national, le principe fondamental de fonctionnement dans les deux langues officielles fait partie intégrante de notre processus de recrutement. Nous sommes convaincus que la population francophone du Manitoba sera une ressource d'une grande utilité pour notre établissement bilingue.

La rumeur veut que Winnipeg soit l'endroit le plus difficile où faire venir des employés et un des plus difficiles d'où faire partir de la main-d'œuvre. Voilà qui en dit long sur Winnipeg. Cette ville cosmopolite offre tout ce que les grands centres urbains proposent, des arts et de la culture de qualité, des sports et des loisirs ainsi que de fabuleux restaurants (eh oui, j'ai mes favoris!) tout en conservant sa chaleur et son caractère de petite ville. Je crois fermement que cette ville et ce projet sauront attirer des personnes de qualité. Winnipeg est en effervescence, avec le nouveau théâtre du Cercle Molière, le nouvel aéroport, l'édifice MB Hydro, les revitalisations du centre-ville, du secteur de la Bourse des céréales et de Saint-Boniface, et bien entendu, le Musée.
Le MCDP est le catalyseur du renouvellement de Winnipeg. La création d'emploi, les dépenses accrues des visiteurs, les revenus fiscaux générés par la construction et l'éventuelle ouverture du Musée, ainsi que toutes les sources potentielles de retombées pour les affaires stimuleront l'économie locale.
Du point de vue du tourisme, l'architecture iconique attirera les visiteurs et nous avons confiance de voir le concept du Musée créé par Antoine Predock, qui captive déjà l'imagination de plusieurs d'entre nous, susciter les regards de partout dans le monde. Notre contenu innovateur et provocateur attirera un public varié, dont les jeunes, les éducateurs, les groupes ethnoculturels, les immigrants récents, les visiteurs internationaux, les Canadiens et les Canadiennes de partout au pays et bien sûr, la population locale. Nos estimations les plus conservatrices chiffrent à 250 000 le nombre annuel de visiteurs que le Musée attirera.

Cette foule de visiteurs, selon une récente enquête menée par le Bureau de la statistique du Manitoba, sera composée en partie de groupes familiaux dont le séjour au Manitoba sera d'en moyenne 1,83 jour et qui dépenseront en moyenne 154 dollars par jour, par personne. Ainsi, à chaque année, les 50 000 visiteurs voyageant en famille dépenseront autour de 14,1 millions de dollars.

De plus, 25 000 visiteurs voyageant en groupe organisé sont prévus passer en moyenne 1,62 jour à Winnipeg et y dépenser en moyenne 183 dollars par jour, par personne. Leur contribution annuelle est donc estimée à 7,4 millions de dollars.

En additionnant les dépenses de visite de 4,18 millions de dollars des étudiants, de 14,1 millions des groupes familiaux et de 7,4 millions des groupes organisés, le total des dépenses annuelles des visiteurs se chiffre à 25,7 millions de dollars.

Comme le démontrent ces statistiques, le Musée contribuera à la croissance économique du Manitoba. Mais la croissance économique n'est pas garantie si elle n'est pas planifiée avec soin afin d'en maximiser les bénéfices. J'ai donc créé le poste de directrice du marketing et des partenariats, présentement occupé par Kim Jasper. Le rôle de Kim consiste à développer des partenariats utiles avec de nombreux secteurs et partenaires de l'industrie. Je vous invite à lui faire part de vos idées et suggestions en vue d'un partenariat éventuel avec votre organisme ou votre entreprise, afin de profiter pleinement de chaque occasion qui se présente à nous. Plusieurs partenariats mutuellement profitables sont possibles afin de revitaliser notre ville et les seules limites sont celles de notre imagination.

Le Musée a déjà commencé à créer des partenariats importants dans le domaine de l'éducation, comme par exemple avec l'Université du Manitoba, le Collège Global et Bibliothèques et archives Canada. Bien que notre bâtiment physique ne soit pas encore construit, nous savons que le Musée doit absolument entreprendre ses vrais travaux, soit la présentation et la narration de témoignages. Ces partenariats nous ont permis de lancer notre toute première exposition virtuelle intitulée : " Tout le monde a le droit : Un Canadien et les mots qui ont changé le monde ". Cette exposition porte sur la Déclaration universelle des droits de l'homme, rédigée par un Canadien, John Peters Humphrey. Notre périple de découverte et d'étonnement, de dialogue et de controverse, de réflexion et d'inspiration est donc amorcé. Je vous encourage à visiter notre site Web www.museedesdroitsdelapersonne.ca afin d'explorer cette magnifique exposition.

Dans un rapport présenté au ministre du Patrimoine canadien sur le Musée canadien des droits de la personne il y a à peine plus d'un an, un point important soulevé par les Canadiens et les Canadiennes était celui de la dualité linguistique qui existe au Canada. Les Canadiens ont livré une grande quantité d'avis à l'effet que non seulement le MCDP devait être un établissement entièrement bilingue afin d'offrir des services à l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes, mais qu'il leur paraissait tout aussi important que les témoignages sur les droits de la personne touchent aussi plusieurs chapitres des droits linguistiques, des luttes pour l'égalité comme des occasions inspirantes où les deux langues officielles ont travaillé en harmonie dans le meilleur intérêt du Canada.

Nous explorerons également les partenariats avec diverses écoles et ministères responsables de l'éducation dans l'ensemble du pays. Nous croyons que les outils linguistiques que nous développons en partenariat avec le système éducatif appuieront et amélioreront le travail des enseignants tout en facilitant l'apprentissage de questions telles l'empathie, l'intimidation et la responsabilité sociale.

Hier, le Rotary International annonçait un partenariat entre le Collège Global de l'Université de Winnipeg, le Collège Mennonite, le Centre Arthur Mauro pour la paix et la justice ainsi que le Collège universitaire de Saint-Boniface, dans le but de mettre sur pied un programme d'études sur les droits de la personne qui réunira les étudiants de partout dans le monde afin de leur faire vivre l'expérience du Musée. Songez au potentiel que représente la création d'un forfait touristique exclusif destiné à ces étudiants et à d'autres visiteurs, qui comprendrait une visite du Musée de Saint-Boniface, du Centre culturel franco-manitobain, du Cercle Molière, du Festival du Voyageur, pour ne nommer que quelques-unes des possibilités, afin de leur offrir une expérience valable de la langue française. Nos visiteurs s'en viennent et nous sommes fins prêts à collaborer avec les agences de tourisme, l'industrie hôtelière et les chambres de commerce de la région.

Nos excellents hôtels, nos fabuleux restaurants, notre scène artistique et culturelle animée de spectacles de danse, de théâtre, d'art et de musique de classe mondiale, nos lieux historiques provinciaux et nationaux, les magnifiques paysages des prairies, nos parcs attrayants, nos forêts et nos plages, en plus de l'accueil de gens amicaux tournés vers la satisfaction de la clientèle, voilà les ressources que nous devrons employer.

Le développement du Musée s'effectue en deux volets : le premier consiste en la construction du bâtiment et le deuxième, à mon avis le plus important, vise à développer un contenu de calibre mondial. Notre Musée n'est pas un musée traditionnel avec des artéfacts et des collections, mais plutôt un musée de témoignages et d'idées. Le contenu du Musée sera toujours en mutation et sa nature sera dynamique. Chaque visite deviendra donc unique et différente en quelque sorte. En tant que musée d'idées, nous aurons le loisir d'utiliser la technologie afin de nous aider dans cette tâche monumentale.

Le Musée aura des retombées éducatives, culturelles, sociales et spirituelles. Il fera de Winnipeg un centre des droits de la personne vers lequel chercheurs, universitaires, étudiants, conférences internationales et diverses personnes de partout dans le monde convergeront afin d'étudier, de discuter et de faire progresser les connaissances en matière de droits de la personne.

C'est avec l'aide de Ralph Appelbaum & Associates que nous développons le plan principal d'exposition et que nous raffinons la structure narrative du Musée. Au cours des 12 prochains mois, nous inviterons les Canadiens et les Canadiennes de partout au pays à identifier les témoignages, les discussions, les débats, les enjeux et les expériences qui influenceront le développement de nos expositions. Nous espérons entreprendre ainsi la conversation. Les Canadiens et les Canadiennes seront invités à contribuer à écrire l'histoire du MCDP, à la commenter et à la compléter alors que nous en assurerons le développement.

De quelle façon traiterons-nous ce contenu? Un élément essentiel pour le Musée sera l'objectivité. En devenant un centre de dialogue, nous chercherons à offrir un milieu empreint de respect qui permette d'explorer les enjeux canadiens et internationaux d'actualité. Nous collaborerons à démontrer plusieurs points de vue et à entraîner les visiteurs dans une expérience provocante et suscitant la réflexion.

En tant que chef de file du monde des affaires, vous reconnaissez les effets de la mondialisation et vous réalisez à quel point les économies du monde entier sont étroitement reliées entre elles. Ce fait s'est révélé particulièrement évident au cours de la crise financière que nous traversons. Alors que les économistes, banquiers, chefs d'entreprise et leaders politiques tentent de trouver ensemble des solutions afin de redémarrer la croissance économique, nous ne devons pas perdre de vue les questions de la pauvreté, des conflits armés, des sans-abris, de la haine et de l'oppression de notre époque moderne. Aurons-nous à nous poser des questions comme : " Le monde aura-t-il les moyens d'intervenir à la prochaine crise comme celle du Darfour? " ou encore " Quel est l'impact de ces temps difficiles sur les droits des enfants? "

Le passé peut aussi nous apprendre beaucoup. En regardant de plus près les ralentissements économiques précédents et la Grande Dépression, on peut en apprendre plus sur leur impact en matière de protection des plus démunis et d'autres questions reliées aux droits de la personne. En ces temps de péril financier, il nous faut protéger nos droits fondamentaux, mais également songer aux responsabilités que nous avons en tant que Canadiens et Canadiennes et citoyens du monde. Le fait d'aller de l'avant avec le développement d'un établissement qui servira de lieu de discussion objective et de débat sur les questions de droits de la personne sera la preuve que même si nous sommes une nation jeune, nous reconnaissons avoir beaucoup à partager et aussi à apprendre. Travaillons ensemble à mettre à contribution l'imagination, la passion et la vision de ce projet.

J'ai bien hâte de rencontrer plusieurs d'entre vous de façon plus personnelle afin que nous puissions discuter de partenariat avec le Musée. Je vous invite à songer aux possibilités que ça représente pour notre ville, notre province et notre pays. Nous sommes prêts à collaborer avec vous, en fait, nous avons vraiment hâte de le faire!

Merci.