Passer au contenu

En savoir plus

Visitez le Musée pour 5 $ seulement le mercredi 23 octobre de 17 h à 21 h.

En savoir plus

De puissantes histoires révèlent les expériences de personnes réfugiées au Manitoba

Étiquettes

Détails du communiqué

Hazim Ismail a fui la Malaisie parce qu'il se faisait persécuter pour son athéisme et son homosexualité. Maysoun Darweesh était une journaliste et une militante pour les droits de la personne en Syrie lorsque le gouvernement a commencé à la cibler, son mari ayant été emprisonné et torturé. Badri Abdilahi, travailleur en établissement, puise dans ses propres expériences de nouvel arrivant pour aider ses clients ici à Winnipeg.

Une activité gratuite organisée par Passages Canada au Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) permettra aux visiteurs et visiteuses d'entendre les histoires puissantes de personnes réfugiées au Manitoba et de membres de la communauté qui travaillent avec elles.

La table ronde sera animée par Régine King, professeure en travail social de l'Université du Manitoba. Le public pourra aussi voir de courtes vidéos tirées des archives numériques de Passages Canada qui feront valoir des histoires de personnes réfugiées. Les biographies des participants et participantes figurent plus loin.

Activité: Expériences de personnes réfugiées au Manitoba : Histoires d'espoir et de survie – Table ronde et projection de vidéos

Date et heure: Le mercredi 26 octobre, de 13 h à 15

Lieu : Salles de classe de la MTS, MCDP 85 Israel Asper Way, Winnipeg

Veuillez arriver par l'entrée des groupes.

Passages Canada est un programme national de partage de témoignages appuyé par Historica Canada, qui invite les nouveaux arrivants et les Canadiens établis à partager leurs expériences personnelles d'immigration, d'identité et d'héritage avec des groupes de tous âges. Passages Canada est généreusement appuyé le Groupe de la Banque TD et le gouvernement du Canada. Historica Canada est le plus grand organisme du pays dont la mission consiste à sensibiliser la population à l'histoire et à la citoyenneté canadiennes.

Le Musée canadien pour les droits de la personneest le premier musée du monde exclusivement consacré à l'évolution des droits de la personne, à leur célébration et à leur avenir. Il est le premier musée national à être construit à l'extérieur de la région de la capitale nationale. Mettant à profit des technologies multimédias et d'autres approches novatrices, le Musée offre aux visiteurs et aux visiteuses de tous les âges des rencontres inspirantes autour des droits de la personne dans le cadre d'une expérience à nulle autre pareille.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : 

Lee-Anne Lavell
Coordonnatrice des programmes
416–506-1867, poste 264
llavell@historicacanada.ca

Andrea Hall
Coordonnatrice des communications
416–506-1867, poste 261
ahall@historicacanada.ca

Au sujet des participants et des participantes 

Badri Abdilahi est originaire de la Somalie. Durant les six dernières années, il a travaillé avec le Conseil multiconfessionnel d'aide à l'établissement des immigrants au Manitoba (Welcome Place) comme conseiller en établissement. Plus particulièrement, il travaille avec les personnes de la Syrie qui ont commencé à arriver au Manitoba en novembre 2015. C'est un défenseur passionné des personnes réfugiées à Winnipeg dans leur quête de répondre à leurs besoins de base en matière d'établissement. Il est aussi bénévole chez Stronger Together Manitoba durant ses temps libres et enseigne la préparation à l'examen de la citoyenneté canadienne aux personnes nouvellement arrivées de la Somalie.

Maysoun Darweesh est née et a grandi en Syrie où elle a aussi fait ses études postsecondaires (baccalauréat en journalisme). Maysoun était journaliste en Syrie jusqu'à ce qu'elle s'enfuit du pays. Elle travaille maintenant à Welcome Place, lieu d'accueil établi par le Conseil multiconfessionnel d'aide à l'établissement des immigrants au Manitoba, comme spécialiste en établissement. Elle s'occupe de recruter des familles canadiennes prêtes à accueillir des familles réfugiées parrainées par le gouvernement. Pour aider ces dernières à s'intégrer, elle cherche à trouver des personnes compatibles afin que des amitiés se forment et que les personnes réfugiées sortent de leur bulle isolée et comprennent la culture et les valeurs canadiennes. Elle fait aussi du bénévolat au Mennonite Central Committee et à la Kurdish Association of Manitoba, où elle aide des personnes réfugiées et des communautés locales. En s'inspirant de sa propre expérience et de son envie d'aider, elle a présenté bon nombre de présentations dans des églises, des écoles et des collèges pour expliquer la situation des gens réfugiés et les raisons qui mènent les gens à fuir leur pays. Elle est mariée est a deux filles de 12 et 9 ans.

Hazim Ismail est Malais javanais, homosexuel, réfugié de Chine, frère, poète oral et militant de la Malaisie, et actuellement étudiant en psychologie à l'Université de Winnipeg. Par l'entremise du groupe No One Is Illegal – Winnipeg Treaty One Territory, il organise des activités axées surtout sur la justice pour toutes les personnes migrantes. Il cherche aussi à rapprocher les communautés autochtones et migrantes en trouvant les points communs liés aux expériences de colonisation, d'impérialisme et d'exploitation, et aussi en décortiquant les systèmes d'immigration et les expériences pour les réfugiés, les étudiants internationaux, les travailleurs étrangers temporaires et les résidents permanents, hommes et femmes. Hazim organise également 13 Fires, qui est une série de conversations antiracisme, et est un cofondateur de International Queers, une initiative visant à établir un lieu sécuritaire pour les étudiants internationaux LGBTTQ*. Il est présentement le commissaire représentant de la communauté LGBTTQ* à la Fédération canadienne des étudiants et étudiantes, ainsi que membre du conseil d'administration de l'association des étudiants de l'Université de Winnipeg. Par ailleurs, il est facilitateur pour Canadian Roots Exchange – Youth Reconciliation Initiative.

Régine King est professeure adjointe en travail social, à l'Université du Manitoba. Les domaines de recherche qui l'intéressent sont, entre autres, les processus psychosociaux dans des contextes après-conflit, les droits des femmes, et la santé mentale interculturelle. Elle s'est penchée surtout sur la situation de personnes ayant survécu à la violence organisée qui se réinstallent dans leur communauté ou dans d'autres pays comme personnes réfugiées ou immigrantes. Régine King s'intéresse aussi aux connaissances et aux méthodologies autochtones, aux commissions de vérité et de réconciliation, et au travail social transnational. Elle est résolue à travailler pour la justice sociale, les droits de la personne et la santé des collectivités.