Passer au contenu

En savoir plus

Visitez le Musée pour 5 $ seulement le mercredi 23 octobre de 17 h à 21 h.

En savoir plus

Une nouvelle exposition montre le courage de médecins canadiens en zone de conflit

Étiquettes

Détails du communiqué

Pour publication immédiate

Trois médecins canadiens qui ont risqué leur vie pour aider les gens dans des zones de conflit partout dans le monde sont en vedette dans une nouvelle exposition du Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP).

L'exposition Médecins canadiens sur le terrain raconte l'histoire des médecins Norman Bethune, Lucille Teasdale Corti et Samantha Nutt, à l'aide d'images et d'objets, y compris des objets personnels et des appareils médicaux leur ayant appartenu. Il s'agit d'une des expositions réalisées par le Musée dans le cadre de Canada 150 pour montrer le travail important réalisé par des Canadiens et des Canadiennes pour défendre les droits de la personne. L'exposition sera en montre jusqu'en août 2018.

Le médecin Normand Bethune croit fermement que la guérison d'une personne ne devrait pas être liée à sa classe sociale. Il en vient à se définir comme un communiste. Il se joint à la lutte contre le fascisme en Espagne pendant la guerre civile des années 1930 dans ce pays. Sur place, il organise l'un des premiers services mobiles de transfusion sanguine au monde. Dr Bethune se rend plus tard en Chine où il travaille comme chirurgien pour les communistes chinois qui combattent les Japonais. Pendant qu'il opère un soldat en 1939, il contracte un empoisonnement du sang et meurt.

Dr Bethune invente plusieurs instruments et appareils chirurgicaux pour faciliter son travail. En Chine, il conçoit un " pont Marco Polo " pour transporter du matériel médical à cheval. L'appareil servait aussi de petite table d'opération. On peut voir dans l'exposition une reproduction à petite échelle de ce dispositif novateur.

La médecin Lucille Teasdale Corti, l'une des premières femmes chirurgiennes du Canada, est d'avis que les gens devraient avoir accès à des soins peu importe leur situation. Au début des années 1960, elle se rend dans une petite clinique à Lacor, en Ouganda, où elle traite des centaines de patients par jour. Elle et son mari finissent par transformer cette clinique en complexe hospitalier et centre de formation. L'hôpital poursuit son développement aujourd'hui. Pendant les décennies du conflit civil qui ravage l'Ouganda, des factions armées volent des médicaments et enlèvent des membres du personnel médical. Dre Teasdale Corti contracte le VIH pendant une chirurgie. Malgré tout, elle poursuit son travail durant dix ans avant de succomber au virus en 1996.

L'exposition comprend divers instruments chirurgicaux utilisés par Lucille Teasdale Corti, prêtés par l'hôpital en Ouganda. Sa fille, Dre Dominique Corti – née en Ouganda et habitant en Italie – poursuit l'œuvre de sa mère. Elle est active auprès de la Fondation Teasdale-Corti de Montréal, et de sa fondation sœur en Italie. Les deux fondations ont été créées pour assurer la continuité des soins de santé, de la formation et du développement de l'Hôpital Lacor.

Depuis 1995, la médecin Samantha Nutt travaille dans des zones de conflit partout dans le monde, où elle supervise des programmes à long terme destinés aux femmes et aux enfants qui se remettent des horreurs de la guerre. Elle fait ce travail au risque de sa vie. Elle a déjà été menacée physiquement et s'est trouvée dans des échanges de coups de feu entre des milices en guerre. Elle a perdu des amis et des collègues à cause de conflits armés. Ses expériences de la guerre, et les répercussions de ces conflits sur les enfants en particulier, l'ont incitée à fonder War Child Canada en 1999, un organisme de bienfaisance reconnu sur la scène internationale qui travaille auprès des communautés touchées par la guerre pour que les enfants aient accès à l'éducation, à la justice, et à la possibilité de s'épanouir pleinement.

Le sac à dos qu'elle a utilisé lors de sa première affectation en zone de conflit en Somalie, en 1995, fait partie de l'exposition, de même que son stéthoscope et le bracelet qui y était fixé en permanence. Dre Nutt habite à Toronto.

Personnes-ressources – médias

Maureen Fitzhenry