Passer au contenu

En savoir plus

Mandela : Lutte pour la liberté prolongée jusqu’à la fin de l'été 2019!

En savoir plus

Pour souligner le 35e anniversaire de la Charte des droits et libertés, le Musée en remet des exemplaires

Étiquettes

Détails du communiqué

Les Canadiens et Canadiennes disent qu'il s'agit du plus important symbole d'identité nationale – avant le drapeau et même le hockey. Et aujourd'hui, ce symbole a 35 ans.

Durant toute la semaine, les personnes qui viendront visiter le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) pourront recevoir leur propre exemplaire de la Charte canadienne des droits et libertés rédigée en anglais, français, ojibway, oji‑cri, cri central, inuktitut ou micmac, ou dans l'une de 24 autres langues.

Les célébrations entourant l'anniversaire de cette loi historique en matière de droits de la personne commencent aujourd'hui et se poursuivront jusqu'au dimanche 23 avril au Musée, qui est ouvert aujourd'hui pour accueillir les visiteurs et visiteuses profitant de la longue fin de semaine de Pâques. Le personnel sera disponible durant toute la semaine au niveau 3 du Musée pour discuter de l'importance de la Charte, qui a été promulguée le 17 avril 1982 par le premier ministre de l'époque, Pierre Elliot Trudeau, et par Sa Majesté la reine Elizabeth II.

En 2015, 93 % des Canadiens et Canadiennes ayant répondu à une enquête nationale ont choisi la Charte comme symbole principal de l'identité nationale, la plaçant devant le drapeau, la GRC, l'hymne national, le hockey, le castor et la feuille d'érable. Cette semaine, les visiteurs et visiteuses du Musée sont invités à prendre des photos créatives d'eux‑mêmes avec leur exemplaire de la Charte et à participer au défi‑photo du ministère de la Justice en utilisant les mots-clics #CestMaCharte, #Charte35 et #AuMCDP.

La galerie La protection des droits au Canada, au niveau 3 du Musée, est consacrée aux liens entre les lois canadiennes et les droits de la personne. On y présente l'exposition interactive " Le procès des droits " où les participants et les participantes partagent leur opinion et rendent leur " décision " à propos de diverses affaires canadiennes touchant aux droits de la personne. On y trouve aussi des objets et des panneaux de texte qui illustrent l'influence des traditions juridiques britannique, française et autochtone et la nature " vivante " des lois qui influent sur les droits de la personne au Canada.

La Charte protège et garantit les libertés et droits fondamentaux de tous les citoyens et toutes les citoyennes du Canada. Le premier ministre Trudeau y voyait aussi un instrument d'unité nationale, écrivant plus tard dans ses Mémoires que " le Canada lui‑même " pourrait maintenant se définir comme une " société où tous sont égaux et partagent des valeurs fondamentales fondées sur la liberté ", et que l'ensemble des Canadiens et Canadiennes pouvait s'identifier avec les valeurs de liberté et d'égalité. La Charte a aussi servi de modèle pour définir les droits et libertés ailleurs dans le monde. Elle a même voyagé dans l'espace en 1984.

Dans un nouvel article de blogue, le chercheur-conservateur du MCDP Armando Perla examine comment le droit canadien a évolué après l'adoption de la Charte de manière à mieux protéger les droits de la personne.

Le 18 avril, le Musée organise un programme éducatif spécial qui accueillera 100 élèves manitobains de 11e et 12e années, auxquels se joindront huit avocats de Winnipeg pour une journée d'activités pratiques et d'expériences en galerie. Les élèves seront invités à réfléchir à la signification de l'adoption de la Charte et ce que cela signifie pour eux.

Les élèves auront aussi droit à une allocution prononcée par xxxx et à un exposé présenté par xxx, qui leur transmettra les salutations de la ministre fédérale de la Justice, l'honorable Jody Wilson‑Raybould. Les représentants et représentantes des médias sont invités à interviewer les participants et participantes et à prendre des photos durant la journée.

-30-

Personnes-ressources – médias

Maureen Fitzhenry