Passer au contenu

En savoir plus

Visitez le Musée pour 5 $ seulement le vendredi 13 décembre de 17 h à 21 h.

En savoir plus

Conseil d'administration

En vertu de la Loi sur les musées, le Conseil d’administration du Musée canadien pour les droits de la personne est l'instance dirigeante du Musée et est responsable devant le Parlement de la gérance du Musée par l’entremise du ministre du Patrimoine canadien. Les membres du Conseil d’administration sont nommés par le gouverneur en conseil.

Conseil d’administration en date du 22 juin 2019

Présidente

J. Pauline Rafferty, Victoria, Colombie-Britannique

Vice-présidente

Michèle Rivet, Montréal, Québec

Administrateurs et administratrices

  • Gail Asper, Winnipeg, Manitoba
  • Mark L. Berlin, Ottawa, Ontario
  • Julie Jai, Toronto, Ontario et Whitehorse, Yukon 
  • Wilton Littlechild, Maskwacis, Alberta
  • Rob Philpott, Summerside, Île-du-Prince-Édouard
  • Pardeep Singh Nagra, Toronto, Ontario
  • Benjamin Nycum, Halifax, Nouvelle-Écosse
  • Ana Serrano, Toronto, Ontario
  • Robyn Sneath, Brandon, Manitoba

J. Pauline Rafferty, Victoria, Colombie-Britannique

Pauline Rafferty est l’ex-présidente-directrice générale du Royal British Columbia Museum (RBCM). Archéologue de formation, Mme Rafferty s’est tout d’abord consacrée à l’archéologie, puis à l’interprétation du patrimoine. Tout au long de sa carrière, elle a tenu divers postes gouvernementaux de haut niveau, et a notamment été nommée sous-ministre adjointe au ministère de l’Égalité des femmes en 1990. Après son départ à la retraite du RNCM, en mars 2012, elle est restée active au sein de conseils d’administration d’organismes nationaux et provinciaux. Elle siège notamment aux conseils d’administration de la British Columbia Government House Foundation et des Provincial Health Services de la Colombie-Britannique. Elle a été membre du conseil d’administration de la Simon Fraser University, de la Greater Victoria Chamber of Commerce, et est également ex-présidente de l’Alliance des musées d’histoire naturelle du Canada. Pour son travail, Mme Rafferty s’est vu décerner en 2014 un doctorat honorifique en droit de l’Université de Victoria. En 2016, elle a été nommée à l’Ordre de la Colombie-Britannique et a également reçu la Médaille du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II.

Michèle Rivet, Montréal, Québec

Me Michèle Rivet est membre du Barreau du Québec et professeure associée à l'Université de Sherbrooke. Elle est membre du conseil d’administration du Conseil international des musées Canada (ICOM Canada) depuis 2017 et vice-présidente du Conseil d’administration du Musée canadien pour les droits de la personne depuis janvier 2019. Elle a étudié le droit à l'Université de Montréal et à l'Université de Paris, où elle a obtenu une maîtrise en droit privé. Elle détient aussi une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal, qui approfondissait les questions relatives aux Premières Nations et aux musées. Me Michèle Rivet a été la première présidente du Tribunal des droits de la personne du Québec, établi en 1990, fonction qu’elle a occupée jusqu’en 2010. Elle avait auparavant été commissaire à la Commission de réforme du droit du Canada de et juge au Tribunal de la Jeunesse. Elle a par ailleurs été vice-présidente de la Commission internationale des juristes (CIJ) à Genève de 2011 à 2017; elle demeure membre honoraire de la CIJ. En 2005, elle a reçu un doctorat honorifique de l'Université d'Ottawa pour son implication dans les droits de la personne, à l'échelle nationale et internationale. La Cour du Québec lui a décerné la médaille d'or pour sa carrière exceptionnelle en 2011, et en juin 2015, le Barreau du Québec lui a attribué le titre d'Advocatus Emeritus. En décembre 2018, Son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada, a nommé Me Michèle Rivet membre de l'Ordre du Canada.

Jeannette Acheson, Winnipeg, Manitoba

Jeannette Acheson a un baccalauréat (avec distinction) en criminologie et en psychologie de l’Université du Manitoba. Elle travaille pour le Service correctionnel du Canada depuis 1984, où elle a occupé divers postes. Jeannette est également témoin expert au nom du Service correctionnel du Canada dans le domaine des délinquants dangereux et se rend dans des tribunaux au Manitoba et en Ontario pour témoigner. Elle est tout à fait bilingue. Jeannette est aussi une bénévole engagée dans la communauté; elle a siégé comme présidente du conseil d’administration du Laurel Centre, un centre de traitement pour les femmes victimes d’agression sexuelle dans leur enfance. Elle continue d’œuvrer pour le Laurel Centre comme membre honoraire du conseil d’administration.

Gail Asper, Winnipeg, Manitoba

Gail Asper est présidente de la Fondation Asper, l’organisme de bienfaisance privé qui a été le fer de lance de la création du Musée canadien pour les droits de la personne. Auparavant, elle a agi à titre d’avocate et de secrétaire générale pour CanWest Global Communications Corporation et a siégé au sein du conseil d’administration de 1992 à 2010. Mme Asper détient une licence en droit de l’Université du Manitoba qu’elle a obtenue en 1984 et a pratiqué le droit corporatif et commercial à Halifax. Mme Asper est l’une des gouverneurs de la Hebrew University of Jerusalem et est également membre du conseil d’administration des Amis du Musée canadien pour les droits de la personne, pour qui elle a présidé la campagne nationale de collecte de fonds auprès du secteur privé. Mme Asper a reçu de nombreux prix de reconnaissance pour son service communautaire, y compris le Prix du Gouverneur général Ramon John Hnatyshyn (RJH) pour le bénévolat dans les arts du spectacle, l’Ordre du Manitoba, l’Ordre du Canada et plusieurs doctorats honorifiques. Ella est aussi récipiendaire des médailles du jubilé d’or et de diamant de la Reine.

Mark L. Berlin, Ottawa, Ontario

Mark Berlin est professeur de pratique à l’Université McGill à Montréal où il donne des cours en développement international. Mark a été directeur général des programmes juridiques internationaux au ministère de la Justice, avocat général principal et conseiller spécial du sous-ministre, ainsi que conseiller et avocat de quatre anciens ministres de la Justice et procureurs généraux du Canada, notamment dans le rôle de conseiller spécial pour le Proche-Orient. À titre de directeur exécutif national de la sensibilisation au ministère de la Justice, il a donné des conférences dans toutes les facultés de droit du pays. Tout au long de sa carrière dans la fonction publique, il a été professeur auxiliaire de droit à l’Université d’Ottawa dans les facultés de droit civil et de common law, enseignant dans les deux langues officielles et écrivant abondamment sur les droits de la personne; entre autres, il a coécrit le manuel juridique Human Rights and Freedoms in Canada. Diplômé des universités de Toronto (B.A.), d’Ottawa (LL. B.) et de Cambridge (M. Ph.), Mark est un ancien membre du conseil de l’Association du Barreau canadien, de l’Association du Barreau de l’Ontario et de la Commission du droit de l’Ontario. Il a été président du conseil d’administration de Reach Canada, un organisme qui fournit des conseils juridiques pro bono aux personnes handicapées. Il a également été vice-président de la Société d’aide à l’enfance d’Ottawa-Carleton et vice-président du comité du maire sur les minorités visibles. Mark est passionné par les droits de la personne et les questions d’égalité et il est honoré de pouvoir consacrer son énergie au conseil d’administration de ce magnifique et important musée.

Julie Jai, Toronto, Ontario et Whitehorse, Yukon 

Julie Jai est membre à temps partiel du Tribunal des droits de la personne de l'Ontario et ancienne cadre supérieure et conseillère juridique des gouvernements du Canada, de l'Ontario et du Yukon. Elle a été conseillère juridique auprès du gouvernement du Yukon dans le cadre de négociations avec les Premières Nations du Yukon sur les revendications territoriales globales et l'autonomie gouvernementale, ainsi que négociatrice en chef sur l'autonomie gouvernementale autochtone dans le domaine de la justice. Elle continue d'écrire et de donner des conférences sur le droit autochtone, la réconciliation et les droits de la personne; elle a aussi travaillé à la défense des droits des personnes transgenres et des personnes incarcérées. Elle a dirigé des changements organisationnels et culturels à titre de cadre supérieure au ministère de la Justice du Canada, et a appuyé et guidé les processus décisionnels du Cabinet au Bureau du Cabinet de l'Ontario. Elle est activement engagée comme bénévole dans ses collectivités et a siégé au conseil d'administration du Centre de santé St. Joseph’s, a été membre exécutif de l'Association du Barreau canadien et de l'Association du Barreau de l'Ontario, a servi de mentor auprès de la Federation of Asian Canadian Lawyers et a été présidente de Canadian Lawyers for International Human Rights. Par ses activités professionnelles et bénévoles, elle travaille à promouvoir la compréhension et le respect de tous.

Wilton Littlechild, Maskwacis, Alberta

Depuis plus de 30 ans, Wilton Littlechild travaille à tendre des ponts entre les peuples autochtones et les personnes non autochtones par l’athlétisme, la politique et le droit. Avocat accompli, il fut le premier Autochtone à être nommé au sein du Queen’s Council de l’Alberta Law Society. Il a porté les questions autochtones à l’avant-scène en devenant le premier député autochtone visé par un traité. M. Littlechild est actif au sein de plusieurs organismes au Canada comme à l’étranger, dont le Parlement autochtone des Amériques, les Nations Unies, la National Indian Athletic Association et le Conseil canadien du droit international. Il a donné des conférences à plusieurs occasions, dont une devant le Human Rights Institute de l’université d’Hawaii. Il a été l’un des trois commissaires de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, dont le rapport final a été publié le 15 décembre 2015. Pour sa participation aux entreprises autochtones et athlétiques, M. Littlechild a été honoré de plusieurs distinctions, dont le Prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations comme modèle autochtone et l’Ordre du Canada, et a été intronisé à sept temples de la renommée sportifs. Il détient une maîtrise en éducation physique, un baccalauréat en droit et un doctorat honorifique en droit de l’Université de l’Alberta. En décembre 2016, il a accepté d’être nommé grand chef de la Confédération des Premières Nations visées par le Traité no 6.

Rob Philpott, Summerside, Île-du-Prince-Édouard

Biographie à venir

Pardeep Singh Nagra, Toronto, Ontario

Sur le plan professionnel, Pardeep Singh Nagra est un conférencier, un éducateur, un formateur et un consultant ayant une vaste expérience des changements organisationnels. Il se spécialise dans les domaines de l'engagement des employés, des stratégies inclusives en milieu de travail, de l'équité et de la diversité. Il a occupé des postes dans les secteurs universitaire, collégial, de la santé publique, de la police et des services sociaux, et il travaille actuellement pour le Toronto District School Board à titre de gestionnaire, Équité en matière d'emploi. Sur le plan personnel, l'intérêt de Pardeep pour les œuvres caritatives, son esprit communautaire et son travail humanitaire ont touché la vie de nombreuses personnes et communautés sur une longue période de temps. Son travail et ses services ont été reconnus et appréciés puisqu'il a reçu la Médaille de la paix du Canada du YMCA, le prix Arbor de l'Université de Toronto, le prix du président de la région de Peel pour le service communautaire, le prix du gendarme auxiliaire de l'année de la police régionale de Peel et la médaille du jubilé de diamant de la Reine, pour ne nommer que ceux-là. Parmi ses activités de bienfaisance préférées, mentionnons l'ascension de la Tour CN et le plongeon de l'ours polaire de Toronto. En plus d'être mis en évidence dans divers manuels scolaires au Canada, Pardeep est présenté comme une question dans le jeu de société Trivial Pursuit. Le film hollywoodien Tiger, sorti en octobre 2018, est basé sur l'histoire vraie du parcours de Pardeep en tant que boxeur.

Benjamin Nycum, Halifax, Nouvelle-Écosse

Benjie est le directeur général de Nycum + Associates, un cabinet d'architecture et de planification basé à Halifax qui se spécialise dans l'architecture et la planification publiques complexes. Benjie se passionne pour les intersections entre les processus humains et la dynamique de groupe au service des populations marginalisées. Il est professeur auxiliaire à la faculté d'architecture de l'Université Dalhousie et chargé de cours au programme Syllabus de l'Institut royal d'architecture du Canada, où il est également engagé comme expert en matière d'élaboration de programmes d'études. En 2000, il a rédigé et publié le XY Survival Guide (Guide de survie XY) pour les adolescents et adolescentes LGBT et a ensuite fondé Young Gay America, qui a mené des entrevues de style « road-trip » avec 1 500 jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres dans 47 États et 6 provinces. Le projet a culminé avec la création du long métrage documentaire Jim in Bold, du magazine YGA et de l'exposition Exuberance!, qui a fait de nombreuses tournées en Europe et en Amérique du Nord. Benjie est actuellement administrateur du Design and Construction Institute of Nova Scotia, de la chambre de commerce gaie et lesbienne du Canada et de l'aéroport international d'Halifax, et a siégé au conseil d'administration d'Égale Canada Human Rights Trust.

Ana Serrano, Toronto, Ontario

Ana Serrano est la directrice de la stratégie numérique/chef de la direction numérique du Canadian Film Centre (CFC) et la fondatrice du CFC Media Lab, un institut créé en 1997 et reconnu mondialement pour ses histoires interactives. Plus récemment, elle a lancé IDEABOOST, le tout premier accélérateur en divertissement numérique au Canada, dont elle est la directrice générale. À ce jour, Serrano a dirigé le développement de plus de 130 projets de médias numériques et encadré plus de 50 entreprises en démarrage. Son travail a été reconnu par les industries du cinéma, du théâtre et des médias numériques, tant au Canada qu’aux États-Unis; elle a reçu, entre autres, le prix Pionnier en médias numérique en 2015 de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision. En 2018, Serrano a reçu l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres du gouvernement français. En plus de sa vaste expérience dans le domaine des médias numériques et du divertissement, Serrano a été une bénévole active au sein de nombreuses organisations et est actuellement coprésidente du Open Democracy Project et membre du conseil d’administration du Centre for Mindfulness Studies et du Musée canadien pour les droits de la personne.

Robyn Sneath, Brandon, Manitoba

Biographie à venir