A A

Planification du Musée

Donner vie à un concept

Le concept – Le Musée canadien pour les droits de la personne est né d’un concept : tous les êtres humains ont droit à la liberté, à l’égalité et au respect, dans leur vie et au sein de leur gouvernement. Pour planifier l’édifice, il faut d’abord trouver un moyen de définir physiquement ce concept. 

L’image – Le parcours que nous proposons suit une progression ascendante vu que la lutte pour la pleine reconnaissance des droits de la personne se poursuit dans le monde. Les visiteurs et visiteuses suivent ce parcours symbolique en progressant dans le Musée. 

L’emblème – Le cœur de l’édifice est conçu comme un immense « nuage de verre », symbole de la lumière et de l’espoir.
L’inspiration – La conception s’inspire du paysage. Le verre et la pierre s’unissent pour évoquer l’esprit du Canada : les Prairies, les aurores boréales, la neige, la glace, les racines d’arbre et le vol des oiseaux. 

Vers les droits de la personne

Les Racines – Le Musée repose sur quatre assises – ou « racines » – par lesquelles votre parcours commence. Trois des « racines » sont recouvertes d’herbes des Prairies. À l’intérieur, l’espace de l’une est utilisé pour des galeries temporaires, l’autre abrite des salles de classe, et dans la troisième se trouvent le restaurant, la boutique et la billetterie. La quatrième assise est utilisée comme amphithéâtre extérieur et abritera un théâtre un jour. Vous pouvez vous balader parmi les arbres le long des sentiers qui mènent au lieu historique national du Canada de La Fourche. Une fois à l’intérieur, vous serez accueillis dans le Grand Hall. Levez les yeux! Un faux plafond en pierre s’ouvre vers le haut pour montrer que les droits de la personne illuminent le monde.  

La Montagne – Gravissez les rampes recouvertes d’albâtre, d’une longueur de 800 mètres, et éclairées de l’intérieur. Vous ferez une ascension continue, atteignant l’entrée des diverses salles d’exposition, au fur et à mesure que vous poursuivez l’exploration des droits de la personne. À l’intérieur des galeries de la Montagne, les hauts plafonds dégagent une impression de légèreté, d’espace et d’espoir alors que vous parcourrez les expositions permanentes occupant des milliers de mètres carrés. Dans le Hall de l’espoir, vous entrez au cœur de l’édifice. Deux murs sombres, traversés par des rampes illuminées et recouvertes d’albâtre, s’élèvent à une hauteur vertigineuse de 57 mètres. 

Le Nuage de verre – D’immenses panneaux de verre se déploient comme des ailes de colombes, autour de la façade nord. La lumière naturelle inonde les étages supérieurs dans lesquels se trouvent les bureaux du personnel du Musée.

Dans le Jardin de la contemplation, l’eau coule sur des roches noires volcaniques, au milieu de la verdure. À partir de cet endroit, vous pouvez voir les efforts fournis par le personnel du Musée pour faire respecter les droits de la personne. 

La Tour de l’espoir – Finalement, vous arrivez au sommet d’une tour de verre de 23 étages, s’élevant à 100 mètres dans le ciel. Contemplez l’horizon à partir du poste d’observation. Juché dans le ciel, l’observatoire offre une vue panoramique sur les paysages des Prairies. Le soir, la tour s’illumine pour symboliser la lumière du savoir, le but de l’exploration des droits de la personne.