Passer au contenu

En savoir plus

Mandela : Lutte pour la liberté jusqu'au 25 août 2019!

En savoir plus

L’uniforme taché de sang de Malala devient un puissant symbole

Étiquettes

Détails du communiqué

Nouvelle exposition depuis aujourd'hui au Musée canadien pour les droits de la personne 

L'uniforme scolaire que portait Malala Yousafzai quand elle a été atteinte d'une balle à la tête est devenu un symbole de courage, que Malala a conservé dans le but d'inspirer à agir pour défendre le droit à l'éducation pour les filles du monde entier.

L'objet est maintenant en exposition au Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP), où le public pourra le voir jusqu'au 14 mars 2017. L'exposition comprend aussi le diplôme du prix Nobel de la paix de 2014 de Malala. Les deux objets sont prêtés au Musée par la famille Yousafzai.

" Quand j'allais à l'école, je portais cet uniforme. Et le jour où j'ai été attaquée, je portais cet uniforme et je luttais pour mon droit d'obtenir une éducation. Donc il est très important pour moi ", explique Malala dans une vidéo qui joue dans la galerie. " Maintenant, je veux montrer aux enfants, aux gens de partout dans le monde, que c'est mon droit, que c'est le droit de chaque enfant d'aller à l'école, et qu'il ne faut pas négliger ce droit. "

Malala avait 15 ans quand un tireur taliban est monté à bord de son autobus au Pakistan en l'appelant par son nom et l'a tirée parce qu'elle s'exprimait ouvertement en faveur de l'éducation des filles.

Elle a été transportée à un hôpital militaire tout près où des médecins britanniques lui ont sauvé la vie. Une fois stabilisée, elle a été transportée par avion au Royaume-Uni pour y subir une chirurgie. Elle portait encore l'uniforme couvert de sang qui est maintenant exposé au MCDP.

La nouvelle exposition intitulée Une fille courageuse : Le combat de Malala pour l'éducation est située dans la galerie " Les droits aujourd'hui ", au niveau 5 du Musée. " Cette exposition reconnaît Malala comme une championne des droits de la personne qui continue à s'exprimer, nullement découragée malgré le fait qu'un tireur a tenté de la réduire au silence, souligne Isabelle Masson, conservatrice de l'exposition. C'est aussi au sujet des jeunes qui peuvent être des agents de changement, prendre position et s'exprimer haut et fort. "

Dès l'âge de 11 ans, Malala écrivait des articles de blogue de façon anonyme pour BBC Urdu, dans lesquels elle indiquait qu'elle avait peur que son école soit attaquée. La télévision et la musique était bannie, les femmes n'étaient pas autorisées à aller magasiner, et le père de Malala, un enseignant, s'était fait dire que son école devait fermer ses portes. L'adolescente a donc commencé à prendre position publiquement et a attiré l'attention des médias internationaux.

En 2011, elle a reçu le premier prix national jeunesse pour la paix du Pakistan et a été portée candidate pour le Prix international de la paix pour les enfants par l'archevêque Desmond Tutu. En réaction à sa popularité grandissante et sa reconnaissance nationale, les dirigeants talibans ont voté de la faire tuer. Elle a été attaquée en 2012 à bord de l'autobus qui l'amenait à l'école.

En 2014, elle est devenue à l'âge de 17 ans la plus jeune récipiendaire du prix Nobel de la paix. Elle a aussi été nommée citoyenne honoraire du Canada la même année. Son père Ziauddin Yousafzai est venu visiter le MCDP en 2014 où il y a deux autres éléments d'exposition au sujet de Malala et de sa défense des droits de la personne, y compris sa campagne mondiale pour plus 60 millions de filles dans le monde qui sont privées de leur droit à l'éducation en raison de discrimination, de conflits et de pauvreté. La fondation Malala Fund, établie par Malala et son père en 2013, sert à appuyer l'éducation des filles dans le monde entier.

Malala a raconté son histoire dans le best-seller Moi, Malala. Ce livre est également publié en version pour jeunes lecteurs et lectrices. Les deux éditions sont en vente à la Boutique du Musée.

Des photographies à haute résolution de l'uniforme et de l'exposition peuvent être fournies sur demande, ainsi que des extraits vidéo (en anglais seulement) de Malala qui parle de son uniforme, du pouvoir de changement des enfants et de son prix Nobel de la paix.

Le Musée canadien pour les droits de la personne est le premier musée du monde exclusivement consacré à l'évolution des droits de la personne, à leur célébration et à leur avenir. Il est le premier musée national à être construit à l'extérieur de la région de la capitale nationale. Mettant à profit des technologies multimédias et d'autres approches novatrices, le Musée offre aux visiteurs et aux visiteuses de tous les âges des rencontres inspirantes autour des droits de la personne dans le cadre d'une expérience à nulle autre pareille.

Personnes-ressources – médias

Maureen Fitzhenry