Films et cinéastes autochtones

Découvrez une sélection de films présentés à l’occasion du Mois de l’histoire autochtone.

Du 1er au 30 juin 2021

Cette activité est passée.

Mots-clés pour Films et cinéastes autochtones

Une personne aux longs cheveux gris se tient à l'extérieur, avec un paysage vallonné et herbeux et un ciel nuageux au loin.

Photo : Taryn Snell

Détails de l'activité

Le mois de juin marque le 25e anniversaire du Mois national de l’histoire autochtone. Soyez des nôtres tout au long du mois pour visionner sur demande des films très appréciés de la collection de l’Office national du film (ONF) qui ont été réalisés par des artistes autochtones.

Prix :

Gratuit

Lieu :

Diffusion en ligne en juin

Notre liste de films spécialement sélectionnés rend hommage à la contribution des cinéastes autochtones du Canada. Leurs points de vue diversifiés mettent en lumière des thèmes et des sujets importants, dans l’optique des droits de la personne.

Comprenez mieux les identités et la spiritualité autochtones. Réfléchissez à la façon dont vous pouvez participer aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Utilisez les questions guides à la fin de la liste de films pour entamer une conversation avec vos ami·e·s et votre famille.

Le Musée participe à un programme national d’activités numériques pour marquer le 25e anniversaire du Mois national de l’histoire autochtone et la Journée nationale des peuples autochtones le 21 juin 2021.

 


 

Films

Des histoires ancrées en nous

Janine Windolph, 2019, 11 min.

Une mère emmène ses deux jeunes fils citadins à la pêche avec leur kokum (grand-mère) : cette simple excursion est une forme de résistance puissante qui recrée le lien qui les unit à la terre natale et les uns aux autres. En anglais avec sous-titres français.

Club Native

Tracey Deer, 2008, 1 h 18 min.

À la réserve mohawk de Kahnawake, située en banlieue de Montréal, au Canada, deux règles tacites sont profondément inculquées à tous les membres de la communauté : ne pas épouser une personne de race blanche et ne pas avoir d'enfant avec une personne de race blanche. Les conséquences possibles de la transgression de ces règles sont très claires — perte d'appartenance à la bande pour le parent et son enfant — et extrêmement dramatiques pour ceux et celles qui les subissent. Enfreindre ces règles, c'est aussi risquer de se faire accoler l'étiquette de traître à la nation mohawk pour avoir dilué la «pureté» de la lignée.

Dans Club Native, la cinéaste Tracey Deer braque sa lentille sur Kahnawake, sa ville natale, pour retracer l'histoire et fouiller la réalité contemporaine de l'identité autochtone. S'appuyant sur les réalités de quatre femmes, elle met au jour les pratiques d'exclusion qui divisent sa communauté ainsi que bien d'autres au Canada.

Club Native pose un regard honnête et émouvant sur la souffrance, la confusion et la frustration de nombreux membres des premières nations alors qu'ils luttent pour le droit le plus légitime qui soit : l'appartenance. En anglais avec sous‐titres français.

Woman Dress

Thirza Cuthand, 2019, 6 min.

Avant la colonisation européenne, une personne bispirituelle qu’on appelait Woman Dress sillonnait les Prairies, recueillant et racontant des récits. Le film s’appuie sur des images d’archives et sur des reconstitutions historiques pour nous transmettre cette histoire issue de la tradition orale de la famille Cuthand. Il rend hommage à Woman Dress et respecte son identité de genre en évitant d’imposer la binarité coloniale. En anglais avec sous‐titres français.

To Wake Up the Nakota Language

Louise BigEagle, 2017, 6 min.

Deux versions : en anglais et en nakota avec sous‐titres en français, et en nakota (sans sous‐titres).

Réflexion et ressources

Quelles sont vos impressions après avoir regardé les films? À quoi vous identifiez‐vous le plus? Que pouvez‐vous faire, aujourd’hui et chaque jour, qui compte vraiment?

Nous vous invitons à réfléchir à ces questions vous‐même ou à les utiliser pour lancer une discussion avec votre famille et vos ami·e·s. Partagez vos points de vue à tour de rôle et pratiquez une écoute active et respectueuse.

Bonne conversation!

 

Pratiquer la solidarité et agir concrètement pour la réconciliation

Nous exprimons notre gratitude à l’organisation Circles for Reconciliation pour ce qui suit :

Actions que vous pouvez entreprendre en matière de réconciliation

En tant qu’individu :
  • Lire les 10 principes de réconciliation de la Commission de vérité et réconciliation.
  • Lire les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.
  • Lire la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.
  • Signer une pétition.
  • Faire un don.
  • Demander à l’organisation Circles for Reconciliation ou une autre organisation de faire une présentation.
  • Se joindre à un groupe comme Circles for Reconciliation.
  • Élever la voix contre les projets qui nuisent aux peuples autochtones et à l’environnement; p. ex., les pipelines construits sur des territoires autochtones.
  • Communiquer avec une personne en politique (au niveau fédéral, provincial ou municipal).
  • Communiquer avec une autre personne qui représente le gouvernement.
  • Écrire une chronique dans un journal, une lettre à la rédaction, un article de blogue ou une publication sur les réseaux sociaux.
  • Lire un livre sur l’histoire des Autochtones au Canada. Voici trois exemples :
    • Thomas King, L’indien malcommode : un portrait inattendu des Autochtones d’Amérique du Nord
    • Chelsea Vowel, Écrits autochtones : Comprendre les enjeux des Premières Nations
    • Richard Wagamese, Cheval indien
  • Rétablir les liens avec des membres de votre famille autochtone que vous n’avez pas vus depuis des années.
  • Parler avec votre employeur·e ou votre superviseur·e au sujet de la possibilité d’agir à propos de la réconciliation.
  • Parler à l’enseignant·e de votre enfant ou à la direction de son école au sujet ce que fait l’établissement concernant la réconciliation
  • Former un groupe dans la communauté pour soutenir les militant·e·s autochtones.
  • Visiter une organisation autochtone pour prendre connaissance de son travail et rencontrer des personnes autochtones (p. ex., un centre de l’amitié autochtone).
En tant qu’organisation :

 

Documents de référence et ressources

Autres ressources et lectures

Avis d'annulation

Veuillez noter que ce programme pourrait être modifié ou annulé.