Couverture des témoins : Un héritage à préserver (Galerie du niveau 1)

Du 30 avril 2021 au 26 mars 2022

Cette exposition est passée.

Mots-clés pour Couverture des témoins : Un héritage à préserver

Une grande installation artistique horizontale avec un cadre en bois composé de multiples losanges et rectangles sur lequel sont fixés de nombreux objets. Une porte à moitié ouverte se trouve au milieu de l’installation.

Photo : MCDP, Jessica Sigurdson

Détails de l'exposition

La Couverture des témoins contient plus de 800 éléments recueillis sur les sites des pensionnats indiens et auprès des survivant·e·s de ces écoles dans toutes les régions du Canada. Cette exposition met en évidence le travail effectué pour préserver les connaissances et les expériences profondes que renferme cette œuvre d’art puissante – afin que les générations futures puissent continuer à témoigner de la façon dont elle présente le génocide commis contre les premiers peuples de ce pays.

Le Musée a collaboré avec le personnel de l’Institut canadien de conservation pour déterminer les soins nécessaires, puis a fait appel à l’expertise de l’équipe de conservation du Musée du Manitoba pour diriger ce projet. Les travaux de traitement sont effectués dans notre galerie du niveau 1, ainsi que dans le laboratoire de conservation du Musée du Manitoba.

Une femme portant des gants bleus est debout derrière une table couverte d’objets et parle à quatre jeunes femmes de l’autre côté de la table.

Stephanie Chipilski, technicienne en conservation du MCDP, s’adresse à des membres du public dans la galerie du niveau 1 du Musée.

Photo : MCDP, Aaron Cohen

En plus du travail collaboratif des spécialistes des deux musées, un technicien en conservation ayant une perspective autochtone, originaire de Mniwakan Oyate (Nation dakota de Spirit Lake), s’est joint à notre équipe pendant plusieurs mois. Skylar Wall a acquis une expérience précieuse dans le domaine de la conservation dans un musée, s’est familiarisé avec la préservation du patrimoine matériel et immatériel et a participé à des échanges d’idées.

Plus de 130 pensionnats indiens ont existé partout au Canada. Ils visaient délibérément à détruire les communautés et les modes de vie autochtones. Ce système faisait partie d’un processus plus vaste de colonisation et de génocide.

Deux personnes portant des gants bleus et des masques sont debout à une table; l’une d’elles observe un objet gris en bois dans un microscope.

Carolyn Sirett, conservatrice au Musée du Manitoba, et Skylar Wall, technicien en conservation contractuel, examinent un article de la Couverture des témoins dans le laboratoire de conservation du Musée du Manitoba.

Photo : MCDP, Aaron Cohen

La préservation de la Couverture des témoins est essentielle, car elle représente non seulement l’histoire des droits de la personne au Canada et le génocide commis, mais elle offre aussi l’occasion de faire avancer le débat sur le génocide et la réconciliation. La démarche de conservation de ces éléments tangibles et intangibles du passé respecte les histoires et les personnes concernées, et honore notre engagement à préserver leur signification culturelle et spirituelle. Conformément à un accord de gestion unique conclu avec l’artiste, nous agissons en accord avec les enseignements traditionnels qui incluent le respect, l’humilité, l’amour, la vérité, l’honnêteté, le courage et la sagesse.

Bon nombre des éléments sont des objets‐témoins vivants et spirituels, dont les membres de l’équipe du projet de conservation tiennent compte lorsqu’ils planifient et effectuent leur travail. Par exemple, certains des objets‐témoins sont honorés en laissant intactes les preuves de leur histoire, comme la rouille accumulée, le lichen ou les éraflures, tandis que pour d’autres, on les laissera vieillir et se détériorer naturellement. L’équipe travaille avec soin pour s’assurer que ses procédés et pratiques de conservation éthique correspondent à l’intention de l’artiste.

L’équipe du projet de conservation et l’artiste travaillent en collaboration pour déterminer les matériaux utilisés dans les différents traitements, ce qui signifie souvent choisir des matériaux naturels plutôt que synthétiques et limiter l’utilisation de produits chimiques. Les pratiques réversibles garantissent que tout ce qui a été fait sur une œuvre peut également être défait si nécessaire, maintenant ou à l’avenir.

Une personne aux cheveux longs, portant un masque et des gants bleus, nettoie une section d’une œuvre d’art à cadre en bois avec une petite éponge.

Skylar Wall, technicien en conservation de Mniwakan Oyate (Nation dakota de Spirit Lake), nettoie un panneau de la Couverture des témoins.

Photo : MCDP, Aaron Cohen

L’exposition Couverture des témoins : Un héritage à préserver est présentée en même temps que Artivisme, une exposition qui explore l’expression artistique comme moyen de répondre avec puissance aux violations à grande échelle des droits de la personne.