A A

Médecins canadiens sur le terrain

Dr Norman Bethune qui opère un soldat communiste à Hopei, en Chine, 1939. (Photo : Fonds Office national du film du Canada, Bibliothèque et Archives Canada, a114795)

 

Les Canadiens et Canadiennes se portent souvent à la défense des droits de la personne, au Canada et ailleurs dans le monde. Ceux et celles qui œuvrent au-delà des frontières de notre pays se retrouvent parfois dans des zones de conflit dangereuses. Qu’est-ce qui motive ces personnes à travailler dans de telles situations?

L’exposition Médecins canadiens sur le terrain utilise des objets percutants pour faire connaître trois médecins du Canada fascinants qui ont travaillé dans des zones de conflit à l’étranger. L’exposition se trouve dans la galerie d’introduction du Musée (Que sont les droits de la personne?).


Norman Bethune (1890-1939)

Photo en noir et blanc d’un homme qui regarde vers le haut et vers notre droite.

Norman Bethune, vers 1938-1939. (Photo : Fonds Office national du film du Canada, Bibliothèque et Archives Canada, a160718)

 

Le médecin Norman Bethune croit fermement que la guérison d’une personne ne devrait pas être liée à sa classe sociale. Il en vient à se définir comme un communiste. Ses convictions politiques le poussent à se joindre à la lutte contre le fascisme en Espagne pendant la guerre civile des années 1930 dans ce pays. Sur place, il organise l’un des premiers services mobiles de transfusion sanguine au monde. Dr Bethune se rend plus tard en Chine où il travaille comme chirurgien pour les communistes chinois qui combattent les Japonais. Au péril de sa santé, il travaille dans des zones de conflit. Pendant qu’il opère un soldat, il contracte un empoisonnement du sang et meurt.


Lucille Teasdale Corti (1929-1996)

Portrait en noir et blanc d’une femme qui regarde vers notre droite.
Lucille Teasdale Corti, années 1950. (Photo : Dominique Corti, M.D., Fondation Teasdale-Corti)

 

La médecin Lucille Teasdale Corti, l’une des premières femmes chirurgiennes du Canada, est d’avis que les gens devraient avoir accès à des soins peu importe leur situation. Au début des années 1960, elle se rend dans une petite clinique à Lacor, en Ouganda, où elle traite des centaines de patients par jour. Les difficultés s’accumulent pendant les décennies du conflit civil qui ravage l’Ouganda à partir des années 1970. L’hôpital est la cible de factions armées qui volent des médicaments et enlèvent des membres du personnel médical. Dre Teasdale Corti contracte le VIH pendant une chirurgie. Malgré tout, elle poursuit son travail durant dix ans avant de succomber au virus en 1996.

 

Samantha Nutt (born 1969)

Portrait d’une femme qui sourit et regarde directement vers l’objectif.

Samantha Nutt, 2011. (Photographie par Dustin Rabin)

 

Pour la médecin Samantha Nutt, le bien-être des femmes et des enfants en situation de guerre est primordial. Depuis 1995, elle travaille dans des zones de conflit partout dans le monde, où elle supervise des programmes à long terme visant à donner des moyens aux femmes et aux enfants de contribuer à la construction d’un avenir pacifique. Dre Nutt fait ce travail au risque de sa vie. Elle a déjà été menacée physiquement et s’est trouvée dans des échanges de coups de feu entre des milices en guerre. Elle a perdu des amis et des collègues à cause de conflits armés. Ses expériences de la guerre, et les répercussions de ces conflits sur les enfants en particulier, l’ont incitée à fonder War Child en 1999.