Passer au contenu

En savoir plus

Mandela : Lutte pour la liberté prolongée jusqu’à la fin de l'été 2019!

En savoir plus

L’histoire d’Africville

Par Matthew McRae, conseiller en communications

Two children looking at the camera and smiling

Photo : Archives de la Nouvelle-Écosse, Bob Brooks

Détails des histoires

Si vous n’avez jamais entendu parler d’Africville, vous n’êtes pas seul(e); l’histoire tragique de cette petite communauté noire de la Nouvelle-Écosse n’est pas aussi connue qu’elle devrait l’être. Elle fait partie d’une histoire beaucoup plus large, celle des colons noirs en Nouvelle-Écosse, arrivés il y a des centaines d’années. 

Une colonie noire en Nouvelle-Écosse

L’établissement des Noirs en Nouvelle-Écosse date d’avant la fondation d’Halifax en 1749. Ce n’est qu’après la Révolution américaine toutefois, à la fin des années 1700 et au début des années 1800, que de grands groupes de colons noirs ont commencé à arriver dans la province. Beaucoup d’entre eux étaient d’anciens esclaves à qui on avait promis la liberté et des terres en Nouvelle-Écosse. À leur arrivée, cependant, ils ont côtoyé des colons blancs qui les jugeaient inférieurs à eux. 

En raison du racisme, les colons noirs ont été repoussés aux marges de la société et forcés de vivre sur les terres les plus inhospitalières. Malgré cela, ils ont persévéré et formé des communautés fortes et dynamiques. Africville était l’une de ces communautés.

Une communauté soudée

Le magasin de Matilda Newman à Africville en 1964. Les entreprises locales ont été détruites pendant la réinstallation.

Photo: Bibliothèque et Archives Canada, Ted Grant, e002283006

Africville était une communauté à prédominance noire, située sur la rive sud du bassin de Bedford, aux abords d’Halifax. Les premières mentions de la présence des Noirs à Africville datent de 1848 et le village a continué d’exister 150 ans ensuite. Au fil du temps, des centaines de personnes et de familles y ont vécu et ont bâti une communauté dynamique et très solidaire. On y trouvait des magasins, une école, un bureau de poste et l’Église baptiste unie Seaview, le cœur spirituel et social d’Africville. 

Le magasin de Matilda Newman à Africville en 1964. Les entreprises locales ont été détruites pendant la réinstallation.

Photo: Bibliothèque et Archives Canada, Ted Grant, e002283006

On ne se sentait jamais isolés quand on vivait à Africville. On se sentait toujours chez soi; les portes étaient toujours ouvertes. C’est une des choses les plus importantes qui me sont restées au cours de ma vie. 

Irvine Carvery, ancient resident d’Africville

La discrimination et la pauvreté étaient malheureusement sources de nombreuses difficultés pour les habitants d’Africville. La Ville d’Halifax refusait de leur fournir de nombreux services que les autres Haligoniens tenaient pour acquis, par exemple les égouts, l’accès à l’eau potable et la collecte des ordures ménagères. Les résidents d’Africville, qui payaient des taxes et étaient fiers de leurs foyers, ont demandé à maintes reprises à la Ville de leur fournir ces services de base, mais sans aucun résultat. La Ville a aggravé la situation en construisant de nombreux aménagements indésirables à Africville et dans les environs, entre autres, un hôpital spécialisé dans les maladies infectieuses, une prison et un dépotoir.

Slideshow

  • Les résidents et résidentes d’Africville ne recevaient pas les services d’eau et d’égout qui étaient fournis aux autres personnes habitant Halifax. Pour l’eau, ils dépendaient d’un assortiment de puits.

    Photo : Archives de la Nouvelle-Écosse, Bob Brooks
  • Une famille dans son salon à Africville, vers 1965. Malgré les difficultés que vivaient les résidents et les résidentes, il y avait un esprit communautaire très présent à Africville. Cet esprit existe encore parmi les anciens résidents, les anciennes résidentes et leurs descendants.

    Photo : Archives de la Nouvelle-Écosse, Bob Brooks

Au lieu d’offrir des services municipaux convenables à la communauté, la Ville d’Halifax a fini par décider de reloger les résidents et résidentes d’Africville. Elle a dit qu’elle voulait développer les industries et bâtir des infrastructures dans ce secteur. Mais elle a aussi utilisé le langage des droits de la personne et soutenu que la réinstallation améliorerait le niveau de vie des gens. En janvier 1964, le conseil municipal d’Halifax a voté l’autorisation de reloger les résidents et résidentes d’Africville. Cette décision a été prise sans consultation réelle de ces derniers. En fait, il a été rapporté ultérieurement que 80 p. 100 des gens n’avaient eu aucun contact avec le Comité consultatif des droits de la personne d’Halifax, le groupe chargé de consulter la communauté.

Slideshow

  • Deux représentants de la Ville d’Halifax debout à l’extérieur d’une maison d’Africville avant la démolition de la communauté. Les représentants et les experts utilisaient le langage des droits de la personne pour justifier la destruction de la communauté malgré le fait que beaucoup de gens avaient exprimé leur opposition à ce plan.

    Photo : Archives de la Nouvelle-Écosse, Bob Brooks
  • Quelques maisons à Africville.

    Photo : Archives de la Nouvelle-Écosse, Bob Brooks

La destruction d’Africville

La destruction d’Africville s’est étendue sur plusieurs années. Les résidents et résidentes qui pouvaient prouver que le terrain leur appartenait se sont vus offrir un montant égal à la valeur de leur maison. Ceux et celles qui n’avaient pas de preuves – certains n’avaient pas les titres de propriété même si leur famille vivait là depuis des générations – se sont fait offrir 500 $. Les personnes qui s’opposaient à la réinstallation risquaient l’expropriation par la Ville. Selon certains comptes rendus, des résidents et des résidentes ont été victimes d’extorsion et d’intimidation pour les obliger à quitter le quartier. À la fin, malgré la résistance, tout le monde a été relogé; la dernière maison encore debout à Africville a été détruite en janvier 1970.

Dorothy Carvery, résidente d’Africville, doit quitter sa maison et ses biens sont transportés dans un camion à ordures de la Ville d’Halifax.

Photo: Bibliothèque et Archives Canada, Ted Grant, e002283990

J’ai parlé avec Sunday Miller, ancienne directrice générale de l’Africville Heritage and Trust, des difficultés qu’ont vécues de nombreuses personnes à cause de cette réinstallation. Elle m’a parlé d’un travailleur de la ville qui avait aidé une vieille dame à déménager dans un camion à ordures. Le travailleur a raconté : « Je me souviens de cette dame parce qu’elle était assise entre le chauffeur et moi et elle a pleuré tout au long du trajet jusqu’à la ville parce qu’elle ne voulait pas partir, et ne savait pas pourquoi on voulait qu’elle parte. Ce qui m’a vraiment peiné, c’est qu’elle ne savait même pas où elle allait. On aurait pu l’emmener n’importe où ».

Pire encore, la Ville d’Halifax a détruit les structures de soutien qui devaient venir en aide aux anciens résidents et anciennes résidentes trois ans seulement après le début de la réinstallation. Un grand nombre de personnes ont trouvé difficile de s’adapter à leur nouvelle vie. Sunday Miller l’explique très bien :

« Quand les habitants d’Africville vivaient ici, ils étaient autonomes. Ils n’avaient peut-être pas beaucoup d’argent, mais ils ne vivaient pas d’aide sociale […] Ils tentaient de créer une communauté que le gouvernement ne voulait pas leur laisser. Lorsque le gouvernement les a obligés à quitter leurs terres et à devenir des pupilles de l’État, et c’est qui s’est produit pour ceux et celles qui sont allés vivre dans des logements sociaux, il leur a pris leur dignité. »

Quand on vivait à Africville, on avait notre propre maison. Ce n’était peut-être pas une belle demeure, mais c’était un chez-nous. 

Laura Howe, ancienne résidente d’Africville

Les personnes noires déplacées d’Africville ont aussi été victimes de racisme dans leurs nouveaux foyers. Dans un cas, un voisin blanc aurait, a-t-on dit, lancé une pétition pour s’opposer à l’acceptation d’une famille noire. Dans un autre cas, un homme qui avait quitté Africville pour aller habiter dans le quartier d’Hammond Plains a reçu une lettre dans laquelle on le menaçait d’incendier sa maison si lui et sa famille ne partaient pas. La lettre était signée « de la part des blancs d’Hammond Plains ».

L’héritage d’Africville

Malgré ces épreuves, les anciens résidents et anciennes résidentes d’Africville ont réagi et réclamé justice. Dans les années 1980, l’Africville Genealogy Society a été créée et elle a commencé à demander réparation pour toutes les souffrances causées par la destruction de la communauté. En 2010, un règlement est intervenu et le maire d’Halifax a présenté des excuses publiques pour la destruction d’Africville. Une partie du règlement a servi à reconstruire l’église Seaview, qui abrite maintenant l’Africville Museum. Cependant, les anciens résidents et anciennes résidentes n’ont pas tous et toutes accepté les excuses, et certains continuent de demander d’être indemnisés pours les torts qu’ils ont subis.

Cette réplique de l’église baptiste unie Seaview d’Africville a ouvert ses portes en 2012 et abrite maintenant le musée d’Africville.

Photo : Gracieuseté de l'Africville Museum

Depuis la réinstallation […] Africville est devenue un élément central de la nouvelle conscience noire en Nouvelle-Écosse. C’est devenu une chose à apprécier et à laquelle s’identifier. Africville est devenu un symbole de la raison pourquoi il est nécessaire que les personnes noires s’organisent et travaillent en solidarité pour combattre le racisme. 

Donald Clairmont, ancien professeur de sociologie à l’Université Dalhousie

Lindell Smith est conseiller municipal à la Ville d’Halifax et il représente le quartier no 8 dans lequel se trouve l’emplacement de l’ancienne communauté d’Africville. À titre de deuxième conseiller municipal noir jamais élu, il est heureux que la Ville ait fait des excuses et estime qu’il est très important que les Haligoniens, et toute la population canadienne, sachent ce qui s’est produit à Africville.

« Les agissements de la Ville contre la communauté sont la seule raison pour laquelle Africville n’est pas ici aujourd’hui. Un grand nombre de Canadiennes et de Canadiens ne connaissent pas l’histoire de cette agglomération; certaines personnes savent qu’Africville était une communauté noire, mais ignorent les raisons pour lesquelles elle a cessé d’exister. Il est important, à mon avis, de se souvenir des choses terribles qui s’y sont produites, de la discrimination et du déplacement de la population. Il faut aussi se souvenir que les résidents d’Africville étaient propriétaires et qu’ils avaient un sens communautaire et cela, il faut le célébrer. » 

Vue de l’Africville Heritage Museum à l’intérieur de l’église baptiste unie Seaview reconstruite à Halifax.

Photo : Gracieuseté de l'Africville Museum

Il est important que la population canadienne connaisse l’histoire d’Africville. Elle nous rappelle brutalement que le langage des droits de la personne peut parfois être utilisé à mauvais escient pour appuyer des violations de ces droits. Elle illustre les conséquences du racisme et de la discrimination. Enfin et surtout, l’histoire d'Africville nous enseigne que nous devons toujours veiller à ce que toutes les voix de notre communauté soient entendues – ce n’est qu’alors que tous les Canadiens et toutes les Canadiennes pourront avancer ensemble.

Cet article a été rédigé en partie à l’aide de la recherche menée par Mallory Richard qui a travaillé au Musée comme chercheure et comme coordonnatrice de projet.