Passer au contenu

En savoir plus

Visitez le Musée pour 5 $ seulement le vendredi 21 février de 17 h à 21 h.

En savoir plus

Un bal des finissants mixte à Wilcox County Des élèves se mobilisent contre la ségrégation du 21e siècle

Par Matthew McRae

Une femme souriante se tient devant une robe de bal rouge et un smoking noir exposés sur des mannequins. La robe et le costume sont derrière une vitrine.

Photo : MCDP, Dan Harper

Détails de l'histoire

Le 27 avril 2013, un groupe de finissants de l’école Wilcox County High de Rochelle, en Géorgie, prenaient part au tout premier bal des finissants mixte de leur école, bal auquel étaient conviés aussi bien les élèves blancs que les élèves noirs.

Pour ceux et celles qui connaissent l’histoire américaine, il semble presque incroyable qu’un bal intégré n’ait pas eu lieu avant 2013. Parce que c’est 59 ans plus tôt, en 1954, que la Cour suprême des États-Unis a ordonné l’intégration de toutes les écoles ségréguées au pays, y compris toutes les activités scolaires. La ségrégation est la séparation forcée des groupes raciaux, et la décision de la Cour suprême de 1954 visait à mettre fin à cette séparation forcée dans les écoles américaines.

Bien que les écoles américaines soient progressivement devenues officiellement intégrées, les élèves noirs et blancs suivant les cours ensemble, les échos de la ségrégation ont continué à se faire sentir dans de nombreuses communautés. À l’école Wilcox County High, l’un de ces échos était le bal de fin d’année. Entre 1954 et 2013, l’école n’a jamais organisé de bal intégré. Au lieu, on ne célébrait pas du tout le bal et les parents organisaient des célébrations privées et séparées. Quand le premier bal intégré a finalement eu lieu en 2013, ce n’est pas la loi qui a fait que ça s’est produit. C’est plutôt un petit groupe de jeunes noirs et blancs qui ont décidé d’agir et de créer des changements dans leur propre communauté.

Slideshow

  • Matthew McRae, membre du personnel du Musée, mène une entrevue d’histoire orale avec Maréshia Rucker en 2013 à Albany, en Géorgie.

    Photo : MCDP
  • Matthew McRae, membre du personnel du Musée, mène une entrevue d’histoire orale avec Quanesha Wallace en 2013 à Albany, en Géorgie.

    Photo : MCDP

En décembre 2013, le Musée a réalisé des entrevues d’histoire orale avec deux des élèves de Géorgie qui faisaient partie du groupe organisateur du bal : Maréshia Rucker et Quanesha Wallace. Quanesha mentionne que, dès le début, il y avait de la résistance à l’idée d’organiser un bal des finissants mixte : « Quand nous avons essayé de lancer le projet, il y avait des gens qui n’aimaient pas l’idée, qui déchiraient nos affiches, et, vous savez… il y avait de mauvais sentiments. » Maréshia se souvient que certains membres du personnel enseignant ont aussi donné du fil à retordre au groupe organisateur : « La dernière année, c’était vraiment quelque chose, un vrai défi… Beaucoup d’enseignants et d’enseignantes ne voulaient même pas me parler ».

Maréshia, Quanesha et leurs amis ont persévéré malgré ces difficultés. Puis, tout a changé avec la création d’une page Facebook pour le bal des finissants, intitulée « L’amour n’a pas de couleur : Bal des finissants mixte ». Au départ, Maréshia avait simplement créé la page pour communiquer avec ses camarades finissants du secondaire au sujet du bal, mais au cours des quatre premiers jours, la page a été visitée des milliers de fois et a reçu des centaines de messages de soutien de partout dans le monde. Au bout du compte, la page a reçu plus de 28 000 « J’aime », et le comité organisateur a amassé plus de 15 000 $ en dons pour le bal.

Je sentais qu’il fallait qu’il y ait un changement. Pour moi [la reine du bal de fin d’année] qui suis une personne noire et le roi qui est une personne blanche, je me suis demandé pourquoi on ne pouvait pas être ensemble.

Quanesha Wallace, co-organisatrice du bal intégré

Maréshia Rucker (à gauche) et Stephanie Sinnot, organisatrices du bal intégré, travaillant à l’une des nombreuses collectes de fonds pour le bal, 2013. En incluant les dons en ligne, les élèves ont recueilli plus de 15 000 $.

Photo : Bryan Meltz

Le succès remporté par la page Facebook a attiré l’attention de médias comme le New York Times, le Toronto Star et Al Jazeera, pour ne nommer que ceux‑là. Se retrouver ainsi soudainement sous le feu des projecteurs a été une expérience impressionnante pour ce groupe d’élèves du secondaire d’une petite ville de Géorgie. Maréshia m’a confié : « C’est venu de nulle part; c’était comme l’iceberg qui a frappé le Titanic. » En fin de compte, la couverture médiatique a contribué à faire passer le message et s’est traduit par d’autres offres d’aide. Cela a même influencé le choix de carrière de Maréshia – son expérience l’a en effet poussée à faire une majeure en communications de masse au collège.

Malgré le succès des efforts de collecte de fonds, de nombreux parents blancs ont choisi d’aller de l’avant avec l’organisation d’un bal privé ségrégué. Maréshia s’est tenue à l’extérieur du lieu du bal et a vu plusieurs de ses camarades blancs se rendre à la danse. Elle s’en souvient comme la chose sans doute la plus difficile de toute son expérience de bal des finissants. Elle voyait des amis avec qui elle avait grandi choisir de l’exclure à cause de la couleur de sa peau : « C’était vraiment blessant, parce c’était comme… C’était comme réaliser tout d’un coup : “C’est vraiment ce que tu penses de moi?”… J’étais sans voix, et ça ne m’arrive jamais de n’avoir rien à dire. »

Ce n’est pas seulement à propos du bal, ce n’est pas seulement à propos de moi. C’est quelque chose qui est mondial. Partout dans le monde, il y a des gens qui font face au racisme.

Maréshia Rucker, co-organisatrice du bal intégré

Maréshia Rucker (à gauche) et Brandon Davis, membres du groupe organisateur, posent pour une photo au bal de fin d’année de l’école Wilcox Country High, le 27 avril 2013.

Photo : Lajuana Woodham

En dépit de tous les obstacles et de toutes les divisions dans la communauté, Maréshia et Quanesha sont d’accord pour dire que le bal du 27 avril 2013 a connu un succès retentissant. « C’est un moment qui a changé ma vie, remarque Quanesha. C’était tellement magique. » Pour Maréshia, ça a été un petit pas vers un monde meilleur : « La partie la plus gratifiante, c’est quand nous avons tous et toutes porté un toast… en gros un toast au changement en général. Je crois que ça a été le moment le plus heureux. » Et c’est un moment qui a apporté un changement réel dans la petite communauté. L’année suivante, soit exactement 60 ans après que la Cour suprême des États-Unis a ordonné l’intégration de toutes les écoles ségréguées au pays, l’école Wilcox County High a parrainé un bal des finissants. En tant qu’activité officielle de l’école, le bal était ouvert à tous les élèves.

L’école Wilcox County High n’est pas seule. Depuis le milieu des années 2000, d’autres écoles secondaires du Sud des États-Unis ont choisi d’organiser des bals de fin d’année officiels et intégrés après de nombreuses années où les parents organisaient des bals de fin d’année séparés. En 2007, l’école Turner County High à Ashburn, en Géorgie, a tenu son premier bal mixte. L’année suivante, l’école Charleston High de Charleston, au Mississippi, a organisé son premier bal intégré – un événement qui a fait l’objet d’un documentaire par le cinéaste canadien Paul Saltzman. Puis, en 2010, l’école Montgomery County High de Montgomery, en Géorgie, a également tenu son premier bal intégré. Ces changements peuvent sembler mineurs, mais ils peuvent faire toute la différence dans la vie des élèves qu’ils touchent.

Slideshow

  • Maréshia Rucker était l’une des organisatrices du premier bal intégré de l’école Wilcox County High. Elle et sa famille ont visité le Musée en novembre 2014 pour voir l’exposition au sujet du bal.

    Photo : MCDP, Dan Harper
  • Une jeune femme parle entourée de photographes et de caméras. À côté d’elle se trouve une grande vitrine contenant divers objets, dont une robe et un smoking.

    Photo : MCDP, Dan Harper

Dans le cadre d’une exposition au sujet du militantisme étudiant qui a mené au bal mixte de l’école Wilcox County High, le Musée présente une robe de bal et un smoking qui ont été portés à ce premier bal en 2013. Le smoking, porté par l’organisateur Brandon Davis, et la robe, portée par Maréshia Rucker, rappellent que l’action en faveur des droits de la personne ne relève pas seulement des premiers ministres et présidents – c’est quelque chose que tout le monde peut faire, en utilisant ses compétences et ses capacités particulières pour créer des changements positifs dans sa propre collectivité

Les entrevues d’histoire orale réalisées auprès de Maréshia et de Quanesha font partie de la collection d’histoires orales du Musée. L’histoire du premier bal intégré de l’école Wilcox County High est présentée dans la galerie Inspirer le changement du Musée. 

Questions de réflexion :

Où est-ce que je vois du racisme et de la discrimination dans ma communauté?

Où y a-t-il des obstacles à la participation de tous et de toutes aux activités communautaires?

Quelles mesures puis-je prendre pour créer un changement positif?