A A

1867 : Rébellion & Confédération

Émeutes, destruction et les racines de la démocratie

Aujourd’hui, le Canada est vu comme un modèle de paix, de démocratie et de bonne gouvernance. Cela n’a pas toujours été le cas. À ses débuts, la démocratie canadienne était accompagnée de conflits violents et de destruction. En 1849, à la suite de rébellions dans le territoire qui constitue maintenant le Québec, le gouvernement adopte un projet de loi pour compenser ceux qui ont perdu des biens pendant la violence. Beaucoup d’anglophones conservateurs s’opposent au projet de loi. Lorsque lord Elgin, alors gouverneur général, y donne la sanction royale, les manifestations à Montréal se transforment en émeutes. Les émeutiers lancent des pierres et cassent les fenêtres de l’édifice du Parlement à Montréal. Après s’être introduits dans l’édifice et tout saccagé, ils y mettent le feu. L’exposition 1867 : Rébellion & Confédération comprend des objets qui ont survécu à cette émeute, y compris une paire de lunettes ainsi que des pierres qui avaient été lancées à lord et à lady Elgin.

1849 – les racines de la démocratie canadienne

Malgré les émeutes de Montréal, lord Elgin maintient le principe de la responsabilité ministérielle. Il devient ainsi le premier gouverneur général à se distancier des affaires de l’Assemblée législative et à laisser des pouvoirs réels aux élus du peuple. Il s’agit d’une victoire importante pour la démocratie. Le rythme des changements sociaux, économiques et politiques va en augmentant au milieu du 19e siècle, ce qui présente des difficultés pour une nouvelle génération de politiciens. Confrontés à de nouvelles tensions, ils devraient trouver de nouvelles façons de progresser ensemble. Visitez 1867 : Rébellion & Confédération pour voir comment ces événements ont tracé la voie vers la Confédération il y a 150 ans.